Paysage d'hiver

Du mardi 27 février 2018 au vendredi 23 mars 2018

Ex-bibliothèque Prémol - Grenoble

Une dizaine d’œuvres de la seconde moitié du 20e siècle sur le thème de la montagne et des paysages d’hiver seront présentées (peintures, dessins, sculptures), dans le cadre d’une exposition hors les murs du Musée de Grenoble.

Informations pratiques

Horaires

Du 27/02 au 23/03/2018.

Adresse

7 Rue Henry Duhamel
38000 Grenoble

Coordonnées

Tarifs

Entrée libre en fonction des horaires de la bibliothèque
Un médiateur est présent en permanence dans l’exposition pour accueillir, échanger avec le public et présenter les artistes et les oeuvres.

L’exposition s’ouvrira sur un ensemble de trois aquarelles de Georgette Agutte, datant du début du 20e siècle, représentations réalistes de la montagne, saisies directement sur le motif.
Les autres oeuvres exposées sont plus tardives. Elles datent des années 1960 à 1980 et montrent comment les artistes contemporains ont su renouveler le regard porté sur les paysages d’hiver et de montagne.
Ainsi le tableau monumental de Christian Lindow, entre figuration et abstraction, met en avant le geste du peintre et la matière picturale elle-même.
La peinture de Frédéric Benrath, plus tourmentée, et la photographie de Hamish Fulton nous élèvent au-dessus de fumées incandescentes ou d’une mer de nuages ne laissant émerger que quelques sommets.
Le dessin de grand format de Pierre Gaudu, exécuté avec une grande précision, évoque une source au coeur d’un relief mystérieux.
Les photographies de John Hilliard, avec leurs variations de mise au point, invitent à observer différents détails d’un même paysage d’hiver tandis que celles de Dennis Oppenheim montrent comment la neige modifie peu à peu un environnement.
Sur le thème des sports, les deux petits collages du graphiste Roman Cieslewicz sont des projets pour l’illustration d’un guide sur les sports d’hiver en France et l’oeuvre de Philippe Favier, d’une minutie extrême, représente la montée du col de l’Izoard par quelques cyclistes entourés de spectateurs.
Enfin, l’installation de Gloria Friedmann, seule oeuvre en volume de l’exposition, est un assemblage de vitres de voiture évoquant la mer de glace de manière très décalée, sur un mode à la fois poétique et critique.