Le Stade des Alpes confié au FCG Rugby et au GF38

Publiée le 12 février 2020

Le 1er novembre prochain, les clubs sportifs du GF38 et du FCG Rugby, jusque-là simples résidents, seront en charge de la gestion du Stade des Alpes, et ce jusqu’en 2030.

Le 1er novembre prochain, les clubs sportifs du GF38 et du FCG Rugby, jusque-là simples résidents, seront en charge de la gestion du Stade des Alpes, et ce jusqu’en 2030.

Concrètement, les deux clubs formeront dans les prochains mois une structure commune. C’est cette structure qui signera avec la Métropole la convention d’occupation des lieux. Un modèle original et même unique dans le paysage sportif français. La cohabitation depuis 2014 des deux clubs professionnels au sein de la même enceinte était déjà une configuration rare si on la compare à ce qui se fait en France en matière d’équipement sportif.

Une situation unique

Mais cette nouvelle étape – à savoir un stade propriété d’une collectivité, géré par une structure unique réunissant deux clubs de disciplines sportives différentes – est une situation unique. Il y a quelques années, la cohabitation des deux clubs au Stade des Alpes n’était pourtant pas gagnée d’avance : usure de la pelouse, calendriers des matchs se chevauchant, affichage des partenaires respectifs… La bonne volonté de tous – y compris des fédérations et ligues professionnelles - a pourtant permis de dépasser ces embûches.

44 matchs joués

Au final, le Stade des Alpes se positionne même en 2019 comme l’enceinte sportive française ayant accueilli le plus de compétitions sportives professionnelles, avec 44 matchs joués sur son gazon. C’est aussi le deuxième équipement le plus attractif du département après le château de Vizille, avec pas moins de 550 000 visiteurs.

Ce nouveau modèle ne devrait pas démentir un tel succès. Placés en situation d’autonomie et de responsabilité, comme ils le souhaitaient, le FCG Rugby et le GF38 auront désormais toute latitude pour développer leurs activités selon leurs ambitions sportives mais également économiques. Le Stade des Alpes accueillera en priorité les championnats des deux clubs ainsi que d’autres matchs nationaux ou internationaux souhaités par ces derniers ou par la Métropole. La nouvelle structure interclubs pourra aussi organiser d’autres événements grand public et louer les différents espaces réceptifs pour des événements privatifs. Seule contrainte : le nom du stade. Celui-ci ne pourra être modifié au profit d’une marque, comme c’est le cas par exemple pour les stades de Bordeaux ou de Lyon.

Les rénovations envisagées

Pour maintenir cet outil au meilleur niveau d’accueil et de prestations pour les spectateurs, la Métropole et les clubs ont prévu divers travaux de modernisation. Sont ainsi envisagés la restructuration des salons et des loges, le développement des espaces commerciaux et la pose d’une nouvelle pelouse à même d’accueillir les nombreux matchs de foot et de rugby dans des conditions optimales. Le projet prévoit également une mise à niveau de la signalétique, de l’accessibilité et du dispositif de vidéo-protection.

Comment ça se passe ailleurs en France ?

Sur les quelque 150 stades de l’Hexagone comptant entre 5 000 et plus de 80 000 places, seule la ville de Paris a confié son stade à un club (le Stade Jean-Bouin, géré par le club de rugby du Stade Français). Neuf stades accueillent, de façon ponctuelle, deux clubs de foot et de rugby dans la même enceinte, à l’instar du Stadium à Toulouse. Mais seul le Stade des Alpes héberge annuellement deux équipes de foot et de rugby évoluant au niveau professionnel. Enfin, à noter que six clubs français sont propriétaires de leur stade : l’Olympique lyonnais, le Clermont Foot 63, l’AJ Auxerre, l’USA Perpignan, l’AC Ajaccio et le GFC Ajaccio.