La fourrière et le refuge animal de la Métropole en cours de rénovation

Publiée le 4 décembre 2019

En charge de la lutte contre la divagation des animaux, la Métropole gère au Versoud un équipement préposé à la capture des animaux errants et au placement de ces animaux dans de nouveaux foyers. Depuis le mois de juin celui-ci fait l’objet d’un vaste programme de rénovation visant à améliorer les conditions de travail du personnel et l’accueil des animaux. Point d’étape sur l’avancement des travaux.

La fourrière animale du Versoud
Environ 550 chiens et chats sont adoptés par le biais de l'Apagi en une année.

Afin d’exercer sa compétence relative à la lutte contre la divagation animale, la Métropole est dotée d’un service de fourrière dédié au ramassage des animaux (délégué à la société SACPA Chenil Service) et d’un refuge destiné au placement des animaux, dont la gestion est confiée à l’Association pour la protection des animaux de Grenoble et de l’Isère (Apagi) qui recueille exclusivement les chiens et les chats.

L’ensemble, construit en 1973 et devenu vétuste, connaît actuellement d’importants travaux de remise en état afin de garantir la bonne prise en charge des animaux et de meilleures conditions de travail pour les salariés et bénévoles.

Livraison du premier bâtiment à la mi-décembre

Au total, ce sont trois bâtiments existants qui vont subir une rénovation complète intégrant le retrait des éléments amiantés, le confortement de leur structure, leur isolation thermique, la rehausse et la réfection de leur toiture, la réalisation d’ouvertures supplémentaires, la mise aux normes de sécurité… Les nouvelles toitures, menuiseries et le bardage étant réalisés avec du bois local.

Côté refuge, un nouveau bâtiment – dont la construction de l’ossature débutera en janvier - cumulera les fonctions d’accueil du public, d’infirmerie et de lieu de quarantaine. Sa toiture étant propice à la production d’électricité solaire, elle accueillera des panneaux photovoltaïques (un appel à manifestation d’intérêt a été lancé en ce sens).

Le système de chauffage au fioul sera également remplacé par un réseau de chaleur alimenté par une chaufferie à granulés de bois.

Le premier bâtiment entièrement réhabilité - celui de la fourrière - sera remis en service d’ici peu, à la mi-décembre. Les autres seront livrés progressivement en 2020, les travaux étant réalisés en site occupé afin de maintenir la continuité des activités de la fourrière et du refuge.

Ci-dessus, le bâtiment de la fourrière, dont la rénovation est quasiment terminée.

Les 26 boxes intérieurs ont été rénovés, agrandis et équipés d'une dalle chauffée pour le confort des animaux.

Un service public indispensable

Près de 800 animaux sont recueillis chaque année par la fourrière. Parmi eux, en moyenne, 75% des chiens et 20% des chats retrouvent leur famille d’origine. Lorsque cette recherche est infructueuse, les animaux sont transférés à des associations à vocation de refuge comme l’Apagi ou la SPA du Dauphiné. Leur objectif principal est alors de retrouver une famille d’accueil à l’animal. L’ Apagi compte ainsi en moyenne 550 adoptions de chiens et de chats par an.

« La réalité c’est que dans notre territoire, il n’y a pas de problématique de divagation animale dans les rues, ce qui n’est pas le cas dans d'autres villes européennes. C’est un service public qui fonctionne bien et il était donc essentiel d'améliorer les conditions de travail des équipes et le confort des animaux en rénovant intégralement cet équipement » indique le président de Grenoble-Alpes Métropole. Celui-ci a par ailleurs tenu à saluer « le rôle primordial des associations telles que l’Apagi et de leurs bénévoles» qui œuvrent au quotidien pour le bien-être des animaux et concourent à avoir dans le territoire métropolitain un taux d’euthanasie parmi les plus faibles de France (moins de 3%).

Visite du chantier de rénovation de la fourrière et du refuge animal par le président de la Métropole et son vice-président à l'environnement, accompagnés des représentants de l'Apagi.