Le bois de Chartreuse, premier bois de France labellisé AOC

Publiée le 23 août 2019

Les premiers à s’en servir furent les pères Chartreux au 11e siècle. Au 17e siècle, la Marine Royale le choisit pour fabriquer les mâts de ses bateaux.

Les premiers à s’en servir furent les pères Chartreux au 11e siècle. Au 17e siècle, la Marine Royale le choisit pour fabriquer les mâts de ses bateaux.
Les premiers sciages AOC seront disponibles à partir du second semestre 2019.

Taillé dans du sapin ou de l’épicéa qui ont poussé à plus de 600 mètres d’altitude, le bois de Chartreuse est depuis longtemps une référence pour tous les professionnels de la construction qui en font les meilleures poutres et les charpentes les plus solides.

13 ans d'instruction

Le bois de Chartreuse est le premier bois français à avoir obtenu, en novembre 2018, une appellation d’origine contrôlé. « Nous avons déposé notre dossier de candidature à l’INAO, l’Institut national qui délivre les appellations, en 2006 », se souvient Jean-Claude Sarter, président du Comité interprofessionnel des bois de Chartreuse (CIBC). « Il aura fallu 13 ans d’instruction. Cela peut paraître long mais c’est un délai normal. Comme on était les premiers à déposer ce genre de dossiers, on a un peu essuyé les plâtres… »

Dynamiser la filière

Pourquoi une AOC pour du bois de construction ? « On n’a pas fait tout cela pour coller une étiquette de plus sur le bois mais bien pour dynamiser la filière », répond le président du CIBC. Du propriétaire terrien au charpentier, en passant par l’architecte, près de 600 personnes travaillent dans la filière sylvicole. Le massif compte neuf scieries qui produisent et transforment entre 60 000 et 80 000 m3 de bois massif par an. Celui-ci servant à édifier surtout des maisons et des bâtiments agricoles. En résumé, « quand vous achetez du bois de Chartreuse, vous favorisez l’économie locale », indique Jean-Claude Sarter.