La Métropole sensibilise sur les dangers du "street pooling"

Publiée le 22 juillet 2019

Les fortes chaleurs incitent parfois les habitants à ouvrir les bornes incendie pour se rafraîchir. Ce phénomène appelé Street Pooling (”piscine de rue”) est strictement interdit et peut avoir des conséquences dramatiques.

Les bornes à incendie ne sont pas des jeux mais des outils de travail
Les bornes à incendie ne sont pas des jeux mais des outils de travail

L’ouverture des bornes incendie complique fortement le travail des pompiers en les empêchant d’intervenir rapidement et efficacement en cas d’incendie. Mais cela entraîne aussi d’autres risques comme des blessures graves en raison de la pression très forte de l’eau, des électrocutions en cas d’inondation d’équipement électrique, voire des accidents de la route.

L’utilisation des bornes à incendie entraîne également une chute de pression sur le réseau et donc une baisse du débit de l’eau au robinet pour les usagers. Enfin, ce phénomène entraîne un véritable gaspillage d’eau, une ressource particulièrement précieuse, notamment en été. En 2017, près de 178 000 m3 d’eau ont été gaspillés, uniquement sur Grenoble, par des ouvertures de bornes à incendie. Un chiffre qui représente la consommation annuelle d’une ville de plus de 3 500 habitants.

Les bornes à incendie ne sont pas des jeux, ce sont des outils de travail. Plutôt que de risquer la sanction et de mettre en danger le voisinage, la Métropole invite les habitants à trouver la fraîcheur dans les lacs, les piscines municipales ou les lieux publics avec brumisateurs ou jets d’eau du territoire et à profiter des animations mises en place par les communes de la Métropole.

Expérimentation

Deuxième financeur des pompiers de l’Isère après le Conseil départemental, Grenoble-Alpes Métropole a aussi la charge de veiller au bon fonctionnement du réseau des 6 300 bornes à incendie installées sur son territoire. Une responsabilité fondamentale en matière de sécurité des biens et des personnes, a fortiori dans un environnement urbain dense.

Pour lutter contre l’ouverture de ces « points d’eau incendie », la Métropole teste depuis l’été 2018 une nouvelle génération de matériel de protection sur un nombre limité de bornes. Un dispositif d’inviolabilité qui semble faire ses preuves puisque aucune PEI équipée n’a été vandalisée, la Métropole enregistrant dans la foulée une baisse significative du volume d’eau perdu à cause du "streetpooling" : 48 000 m3 en 2018 contre 178 000 m3 en 2017, soit 130 000 m3 économisés. La Métropole a donc programmé le déploiement progressif du dispositif sur les secteurs les plus touchés par le street pooling.

 

La Bouche C la vie

Afin de sensibiliser les populations, en particulier les plus jeunes, aux graves conséquences du "street pooling", Veolia Eau d’Île-de-France a financé en 2017 la réalisation d’un clip avec le rappeur Youssoupha et le basketteur Mam Jaiteh sous le titre "La Bouche C la vie".

Chargement ...