En Chartreuse, le pont du Tenaison bientôt rouvert à la circulation

Publiée le 25 juin 2019

L’ouvrage d’art situé sur la route du col de la Charmette, à Proveysieux , est en rénovation depuis mai 2019. Les travaux ont été financés intégralement par la Métropole.

Grenoble-Alpes Métropole
Les travaux seront terminés début juillet 2019.

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole, Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole délégué aux espaces publics et à la voirie, et Christiane Raffin, maire de Proveysieux, se sont rendus sur le chantier de rénovation du pont du Tenaison à Proveysieux.

Situé sur la route départementale RD 105 en direction du col de la Charmette, ce pont a été construit il y a plus d’un siècle. Long de quatre mètres et large de sept mètres, il permet de franchir le cours d’eau du Tenaison. « À l'origine, il a été construit uniquement pour l’exploitation forestière et de la terre réfractaire », se souvient Christiane Raffin.

Aujourd’hui, le pont sert de passage aux nombreux touristes qui se rendent au col de la Charmette pour faire des balades et des randonnées. Il sert aussi au transport du bois de Chartreuse (première AOP de France), en provenance notamment de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Il sert enfin à la transhumance vers le col de la Charmette. Chaque année, une centaine de bêtes passe par le pont pour rejoindre les alpages.

Mais depuis de nombreuses années, le vieil ouvrage d’art souffre de dommages structurels : absence d’étanchéité, infiltrations d’eaux et décollement du bandeau. Résultat, il est interdit à la circulation pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes depuis 2012. Il était donc urgent de le rénover. Les travaux de restauration ont démarré en mai 2019.

La Métropole investit massivement

Voir l'image en grand
Grenoble-Alpes Métropole
Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole délégué à la voirie, Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole, et Christiane Raffin, maire de Proveysieux.
Un confortement a été mis en œuvre. Les joints des maçonneries ont été refaits. Des broches ont été insérées dans le bandeau et la voute a été comblée par du coulis. Des descentes d’eaux ont été créées pour canaliser le ruissellement des eaux. La chaussée a été élargie et le tablier est à nouveau étanche. Enfin, deux murs de soutènement ont été construits afin de minimiser les dépôts.

Le pont du Tenaison sera rouvert à la circulation début juillet. L’opération a coûté 130 000 euros HT, pris en charge intégralement par Grenoble-Alpes Métropole. « C’est un ouvrage d’art parmi les 1600 que gèrent la Métropole, a rappelé Christophe Ferrari. Celle-ci investit 2,6 millions d’euros pour l’entretien de ces édifices et 20 millions d’euros (jusqu’en 2020) pour les réparations d’urgence ».

Passerelle Saint-Laurent à Grenoble, passerelle des cuves de Sassenage, pont Bergonzolli à Saint-Martin-le-Vinoux, mur de soutènement de la Villa Rose à Séchilienne… Depuis que les ouvrages d’art ont été transférés à la Métropole, 19 d’entre eux ont été mis en sécurité ou reconstruits, et la rénovation de 11 autres a été programmé en 2019.

« Il y a des travaux en permanence, ce qui nous permet de nous aguerrir face aux aléas climatiques notamment, conclu Ludovic Bustos. Il y a parfois de fortes précipitations qui peuvent entraîner des éboulements. C’est une préoccupation majeure des agents de la Métropole mais aussi des élus. C’est très important de maintenir une veille sur les ouvrages d’art ».