Un nouveau réseau de chaleur à Quaix-en-Chartreuse

Publiée le 11 juin 2019

La mairie a choisi une chaudière au bois pour alimenter quatre bâtiments communaux. L’équipement, financé en partie par le Fonds Chaleur métropolitain, permettra d’éviter le rejet de 100 tonnes de CO2 par an.

Grenoble-Alpes Métropole La chaudière à bois granulé de Quaix-en-Chartreuse sera opérationnelle à l'automne 2019.

Quaix-en-Chartreuse se construit son propre réseau de chaleur. La petite commune (900 habitants) est en train d’installer une chaudière au bois granulé de 200 kW qui alimentera les quatre bâtiments dont elle est propriétaire. Ces derniers étaient chauffés jusqu’à présent au fioul et à l’électricité. Cette chaufferie consommera environ 75 tonnes de granulés par an. L’abandon du fioul permettra d’éviter le rejet dans l’atmosphère de plus de 100 tonnes de CO2 par an.

« C’est un grand projet pour nous : c’est quand même la troisième chaudière de la commune, indique Pierre Faure, maire de Quaix-en-Chartreuse. C’est un projet réalisé grâce à une dynamique partenariale. C’est aussi un projet participatif que l'on mené avec les citoyens. C’est enfin un projet qui s’inscrit dans le Plan Air Énergie Climat de la Métropole ». Ce dernier prévoit notamment de réduire la consommation d’énergie fossiles de 30% d’ici 2030 et d’augmenter la production d’énergie renouvelable locale de 35%.

Pour y parvenir, la Métropole mise notamment sur la construction de la centrale au bois Biomax, la densification de son réseau de chaleur principal mais aussi sur la création de nouveaux réseaux de chaleur urbains. Ainsi, la première pierre du nouveau réseau de chaleur de Gières a été posée en février 2019. Remplaçant d’anciennes installations consommant du fioul et du gaz, il produira jusqu’à 4000 MWH de chaleur, de quoi alimenter environ 500 logements.

Déjà à Brié-et-Angonnes et Champagnier…

Voir l'image en grand Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole, Pierre Faure, maire de Quaix-en-Chartreuse, Bertrand Spindler, vice-président de la Métropole délégué à l'énergie, et Eddie Chinal, président de ForestEner.Celui de Quaix-en-Chartreuse est financé en partie par le Fonds chaleur géré par la Métropole (par délégation de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Ce Fonds permet de subventionner les projets d’énergie renouvelable comme le solaire thermique ou le chauffage au bois. Dix communes, onze bailleurs sociaux et six entreprises ont déjà sollicitées son soutien pour installer un nouvel équipement.

Ce fut le cas à Brié-et-Angonnes où la mairie a remplacé une centrale au fioul par une chaufferie au bois, et à Champagnier où une chaufferie au bois a été installée à l’école primaire. « C’est bien la preuve du dynamisme des petites communes sur le thème de la transition énergétique, note Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. En la matière, il n’y a pas de grand ou de petit projet : chacun et chacune doit pouvoir apporter son action ».

Le chantier de Quaix-en-Charteuse est assuré par ForestEner, spécialisée dans la réalisation de chaufferies bois de petite taille (de 150 KW à 1 MW). La société va installer cette année deux autres réseaux de chaleur à Sassenage pour desservir six bâtiments communaux. Afin de soutenir ce projet, la Métropole et les communes de Sassenage et de Quaix-en-Chartreuse ont fait leur entrée au capital de la société, rejoignant ainsi le Parc naturel régional de Chartreuse et Energ’Y Citoyennes.