Transition énergétique : le Vercors et la Métropole main dans la main

Publiée le 5 mai 2017

La Métropole et le Parc naturel du Vercors (PNV) ont reçu un soutien financier de l’État et de la Région pour les accompagner dans leurs projets liés à la transition énergétique de leur territoire.

©Grenoble-Alpes Métropole / Lucas Frangella De gauche à droite, Jean-Paul Trovero, maire de Fontaine, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Jacques Adenot, président du PNV et Virginie Pfanner, représentant la Région

Après deux appels à projets lancés par les deux institutions - respectivement baptisés "Territoire à Energie positive (Tepos)" et "Territoire pour la croissance verte (Tep-CV)" -, les deux partenaires voisins ont ce jeudi organisé en mairie de Fontaine, un événement dédié au succès de leur candidature et de leur labellisation commune. Une célébration symboliquement menée au pied du massif du Vercors, dans une commune qui fait le lien entre le massif et la métropole, et où furent présentées différentes innovations pour sensibiliser, organiser et multiplier les économies d'énergie sur chacun des deux territoires.

Des actions concrètes

Même si les deux voisins n'ont pas attendu cette labellisation pour agir, le Vercors et la Métropole peuvent maintenant compter sur ce soutien financier de l'État et de la Région pour lancer d'ici 2020 des actions ayant des répercussions concrètes sur les mobilités, la biodiversité, la filière bois-énergie, la réduction de la pollution lumineuse et les énergies renouvelables. Sont d'ores et déjà évoquées parmi elles, un Plan lumière pour la Métropole, la rénovation d'une chaufferie bois et l'extension d'un réseau de chaleur pour le Parc du Vercors, ou encore des actions communes comme un dispositif d'auto-stop avec une signalétique connectée et un projet de stockage-séchage de bois de chauffage.

"Une approche territoriale de l'énergie"

« Le parc naturel du Vercors est au service du territoire », a tenu a rappeler Jacques Adenot, président du PNV. «Nous prônons une approche territoriale de l'énergie qui valorise les besoins et les richesses locales », a-t-il ajouté, rappelant que « le PNV (84 communes) est l'un des territoires rhônalpins les mieux dotés en chaufferies bois et en installations solaires. Aujourd'hui, nous nous installons dans une relation inter-territoriale car il y a une continuité territoriale à avoir sur ce sujet de la transition énergétique ».

Les montagnes particulièrement impactées

« Si les températures continuent d'augmenter, notre environnement et nos forêts auxquels nous sommes tant attachés n'auront plus du tout le même visage, a prévenu de son côté le président de la Métropole Christophe Ferrari. Et ça, ça remet tout en question ! L'excellence énergétique doit donc être au cœur de nos coopérations avec les territoires voisins, car derrière ces sujets, c'est la durabilité et la réciprocité qui sont en jeu alors que nous savons que nos territoires de montagnes subissent des changements structurels considérables, avec la dégradation du climat ».

Les soutiens de la Région et de l'État :

  • Région : 100 000 euros pour mener des études relatives à la transition énergétique
  • État : 2 millions d'euros pour financer des réalisations concrètes liées à la transition énergétique