Antigaspi : des logements chauffés par de la chaleur industrielle

Publiée le 26 mars 2019

C’est un dispositif gagnant-gagnant qui vient d’être inauguré : le réseau de chauffage urbain de la Métropole a été raccordé au site de production d’énergie de l’entreprise Solvay situé sur la plateforme chimique de Pont-de-Claix.

La station d'échanges thermiques située sur le site de Solvay au sein de la plateforme chimique de Pont-de-Claix.

Objectif ? Mutualiser leur production d’énergie, pour optimiser leurs consommations et réduire leur empreinte écologique. Pour les deux partenaires public et privé, la réussite de ce pari technologique repose en effet sur l’idée de profiter mutuellement de leur production de chaleur excédentaire, mais à des moments différents.

En mode été et en mode hiver

Concrètement, alors que la compagnie de chauffage (alimentée par le brûlage des déchets d’Athnor) a un fort besoin d’énergie l’hiver, ce nouveau raccordement lui permet désormais de profiter du surplus de chaleur du groupe Solvay pendant la saison froide, plutôt que de brûler du fioul lourd pour répondre aux pics de consommation. A l’inverse, durant l’été, ce sont les excédents de la Compagnie de chauffage qui viendront subvenir aux besoins en chaleur de l’entreprise Solvay, via ce même raccordement.

"Tirer parti des énergies de récupération"

De gauche à droite, Hakim Sabri, président de la Compagnie de chauffage, Bertrand Spindler, en charge de l'énergie à la Métropole, Pascal Chalvon-Demersay, directeur énergie du groupe Solvay et Jacqueline Roisile de l'Ademe. « Ce sont des habitudes un peu nouvelles entre le public et le privé que d’arriver à travailler de manière complémentaire », se réjouit Bertrand Spindler, vice-président de la Métropole en charge de l’énergie. « S’il est bien de multiplier les initiatives pour augmenter la part des énergies renouvelables, il est encore plus important, quand cela est possible, de tout faire pour tirer parti des énergies de récupération, car cela permet de lutter efficacement contre le gaspillage ».

3000 mètres de canalisation

Pour parvenir à raccorder physiquement ces deux partenaires, 3000 mètres de canalisations souterraines ont été aménagés et une station d’échanges thermiques a été construite au sein de la plateforme chimique de Pont-de-Claix, sur le site de Solvay. Réalisée entre février et août 2018 et mise en service en septembre dernier, cette nouvelle installation a d’ores et déjà permis d’échanger 50 000 MWh entre les deux structures. Un système qui évite de plus l'émission de 5000 tonnes de CO2 chaque année.

Pour Pascal Chalvon-Demersay, directeur énergies du groupe Solvay, « le bénéfice de l’opération est triple : il est économique pour les deux partenaires, puisqu’elle réduit la consommation d’énergie primaire et que l’on partage la valeur ; il est environnemental puisqu’elle évite le gaspillage et donc la consommation inutile de ressources ; et il est enfin sociétal, puisque c’est une réponse concrète aux désordres climatiques que nous connaissons ».

Un succès qui devrait convaincre d’autres structures du territoire de se raccorder au réseau de chaleur. La Métropole travaille déjà à étendre cette logique vers d’autres partenaires comme les cimenteries Vicat ou certains laboratoires de la Presqu’île notamment.

Coût des travaux : 7 millions d'Euros dont 50% financés par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et le Pacte métropolitain d'innovation.