A48 : une voie réservée au covoiturage bientôt expérimentée

Publiée le 15 mars 2019

Elles existent déjà depuis une vingtaine d’année au Canada ou aux États-Unis... mais sont encore rares en Europe. Dans les prochains mois, la métropole grenobloise pourrait être la première agglomération française à se doter d’une voie réservée au covoiturage, dans le cadre d’une expérimentation menée en lien avec le réaménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau.

Diminuer le nombre de véhicule

Prévue entre la barrière de péage de Voreppe et la bifurcation de l’A48 et l’A480 à Saint-Égrève, cette voie dédiée est l’une des solutions imaginées par les partenaires de ce chantier d’envergure (État, Département, Métropole et société Aréa) pour encourager le partage de la voiture. L’enjeu : diminuer le nombre de véhicules en circulation et réduire la congestion comme la pollution, tout en offrant une solution de mobilité plus économique, notamment pour les déplacements quotidiens en provenance des territoires voisins.

Pour l’heure, les modalités de fonctionnement d’une telle infrastructure sont à l’étude : la législation française n’autorise en effet pas encore les voies de cette nature. La Métropole et ses communes comptent saisir l’opportunité des débats autour de la future Loi d’autorisation des mobilités (LOM) afin de faciliter leur mise en œuvre.

Plus de sécurité, moins de pollution

Au-delà de cette innovation, le réaménagement de l’A480 à 2X3 voies s’effectuera sur la même emprise, et avec une vitesse limitée à 70 km/h (voir encadré). Autant de dispositions qui, avec la création de six kilomètres de murs anti-bruit, celle de deux passerelles pour les modes doux ou encore la reprise des échangeurs des Martyrs et du Vercors, permettront « de fluidifier la circulation, de fiabiliser et diminuer le temps de déplacement des usagers tout en assurant plus de sécurité, moins de pollution et une meilleure intégration de ces infrastructures dans leur environnement urbain », rappelle Ludovic Bustos, vice-Président de la Métropole à la voirie. Et afin de prévenir toute augmentation du trafic de transit, des « verrous » à 2X2 voies seront maintenus au nord (Saint-Égrève) et au sud (Rondeau).

Qualité de vie des riverains et insertion paysagère

« Ces travaux doivent être l’occasion de faciliter le quotidien des usagers. Ils doivent aussi permettre d’améliorer la qualité de vie des riverains », souligne Christophe Ferrari, Président de la Métropole. Ils offriront des améliorations notables « avec une ambition toute particulière quant à l’insertion paysagère, notamment au niveau du quartier Mistral mais également de l’échangeur du Rondeau, avec la création d’une tranchée couverte ». Sans compter les retombées économiques, puisque « le chantier va générer environ 3300 emplois, avec des clauses d’insertion destinées à l’embauche des personnes éloignées de l’emploi ».

La vitesse limitée à 70km/h sur une partie de l'A480

Par ailleurs, et c’est désormais acté : la vitesse sera limitée à 70km/h de manière permanente sur la section centrale de l’A480, entre les échangeurs Vercors et Louise-Michel. Cette décision légitimement attendue par les riverains et que la Métropole et ses communes défendent depuis plusieurs années a été prise par le Préfet de l’Isère le 22 février dernier. Une mesure importante qui vient inscrire encore un peu plus le projet de rénovation de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau dans la stratégie de mobilité durable du Plan de déplacements urbains de l’agglomération grenobloise.

En savoir plus