Pose de la première pierre du nouveau réseau de chaleur de Gières

Publiée le 7 février 2019

Ce mercredi 6 février, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Lionel Beffre, préfet de l’Isère, Pierre Verri, maire de Gières et Jérôme d’Assigny, directeur régional de l’Ademe* , ont ensemble posé la 1ère pierre du nouveau réseau de chaleur de la commune de Gières qui entrera en service à l’automne prochain.

De gauche à droite, Jérôme d'Assigny, directeur régional de l'Ademe, Pierre Streiff, président du groupe Streiff, Lionel Beffre, préfet de l'Isère, Christophe Ferrari, président de la Métropole et Pierre Verri, maire de Gières.

Situé au centre de Gières, au 9, rue Jean-Jaurès, ce nouveau réseau de chaleur au bois viendra remplacer d’anciennes installations consommant du fioul et du gaz. Il produira jusqu’à 4000 MWH de chaleur, soit de quoi subvenir à quelque 500 équivalents logements (environ 20% de la population giéroise). Une fois achevé, il comportera 1100 m de canalisations et 12 stations souterraines auxquelles se raccorderont deux écoles, une cantine, une bibliothèque, une maison de santé, deux immeubles neufs et deux copropriétés.

490 tonnes de Co2 évitées chaque année

Ce nouveau réseau de chaleur sera alimenté à 90% par du bois issu des forêts situées à 100 km autour de Gières. Exploitant une ressource économique, écologique et durable, cette nouvelle installation favorisera ainsi l’économie et l’emploi local. Au total, 490 tonnes de CO2 seront évitées chaque année, soit la consommation de 250 voitures parcourant 15000 km par an.

"Un grand pas pour la ville de Gières"

« C’est un très beau projet qui montre que la transition économique se met en œuvre très concrètement sur notre territoire, puisque cette installation viendra remplacer d’anciennes installations plus polluantes, a expliqué le maire de Gières, Pierre Verri. Voilà tout l’intérêt et le sens de la Métropole, sans qui notre commune n’aurait pas pu supporter seule un investissement de cette taille. C’est un petit pas pour la Métropole mais un grand pas pour la ville de Gières ».

« Ce nouvel équipement va permettre aux moins favorisés d’accéder à une énergie compétitive, car il n’y a pas de transition énergétique sans justice sociale, a de son côté insisté Christophe Ferrari, président de la Métropole. Sans compter les retombées sur la qualité de l’air, qui est l’un des éléments forts de l’attractivité de notre métropole, puisque ce nouveau réseau de chaleur n’émettra que très peu de particules fines ».

Le nouveau réseau de chauffage de Gières entrera en service à l'automne prochain

Depuis 2015 (date de la prise de la compétence « Energie » par la collectivité), la Métropole grenobloise poursuit inlassablement son engagement en faveur de la transition énergétique de son territoire. Son crédo : réduire les consommations d’énergies et développer les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R). Pour cela, la collectivité s’est dotée d’une feuille de route qui fixe trois objectifs principaux en matière d’énergie pour les dix ans à venir :

  • Réduire de 22% la consommation énergétique.
  • Augmenter de 35% les énergies renouvelables et de récupération
  • Réduire de 30% la consommation d’énergies fossiles.

Densifier le réseau de chaleur de la Métropole

Pour y parvenir, elle mise notamment sur la densification de son réseau de chaleur principal (chaufferies de la Poterne et de la Villeneuve, Athanor et d’ici fin 2019, la centrale au bois Biomax) et sur la création de nouveaux réseaux de chaleur urbains, avec pour objectif d’alimenter ces réseaux par un maximum d’énergies renouvelables.

4 nouveaux réseaux de chaleur urbains

Pertinents pour favoriser les EnR&R en milieu urbain et particulièrement économiques et efficaces d’un point de vue environnemental, la Métropole prévoit ainsi la construction de 4 nouveaux réseaux de chaleur, en plus des deux réseaux urbains déjà existants à Fontaine et Miribel-Lanchâtre : celui de Gières entrera en service à l’automne prochain et les villes de Saint-Egrève et Varces sont d’ores et déjà pressenties pour accueillir les prochains.

*Ademe : Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie