Le SMTC teste un nouveau bus 100% électrique

Publiée le 19 décembre 2018

Le Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération grenobloise (SMTC) expérimente depuis 2016 des bus électriques issus de 6 constructeurs différents. Objectif : remplacer d’ici 2021 l’ensemble de ses bus diesel (28% du parc).

Après avoir testé les bus du constructeur chinois Dietrich Yutong, de l’Espagnol Irizar, du Polonais Solaris et des Français Bolloré et Heuliez, c’est le bus "Full Elec Aptis" du constructeur également français Alstom qui a retenu l'attention du SMTC. Il a effectué un premier essai en configurations réelles, mercredi et jeudi derniers, sur les lignes à haute fréquentation C3 et C4.

Spatieux, agile et élégant

©Grenoble-Alpes Métropole / Lucas Frangella
Doté d’un plancher bas de 20m2 intégralement plat, de portes extra larges, de zones réservées aux personnes à mobilité réduite et d’un système d’aide au stationnement pour un accostage précis et réduit, ce bus de 12 m de long permet le transport d’une centaine de passager et affiche une autonomie de 250 km, soit une journée complète de travail.

Résolument accès sur l’accessibilité, son large volume intérieur lumineux renforcé par de grandes surfaces vitrées débarrassées de leur montant, sa ligne futuriste, élégante et fuselée, offrent une rupture esthétique assez nette par rapport au design des bus actuels.

©Grenoble-Alpes Métropole / Lucas Frangella

Équipé de 4 roues directrices, son rayon de courbure réduit augmente son agilité et autorise des manœuvre facilités dans les zones urbaines les plus étroites.

"Valider ses performances"

Si le pédigrée de ce nouveau véhicule 100% électrique semble impressionnant sur le papier, l’expérimentation devra néanmoins « valider en conditions réelles ses performances en termes de fiabilité et d’autonomie, explique Yann Mongaburu, président du SMTC, et « mesurer le confort de travail des chauffeurs et celui des voyageurs ». Sans compter la nécessaire adaptation des dépôts et des infrastructures de recharge…

©Grenoble-Alpes Métropole / Lucas Frangella
De gauche à droite, Jean-Paul Trovero, président de la Sémitag, Yann Mongaburu, président du SMTC et Bertrand Berger, directeur commercial pour Alstom.

Sur les 237 bus que compte le parc roulant du SMTC, « 50% roulent au gaz naturel et 22% sont des bus hybrides », poursuit le président. Par ailleurs, « depuis 2014, la part des bus diesel est passée de 73 à 28% » etd’ici 2021, cette expérimentation « va nous permettre de remplacer tous nos bus diesel par des bus électriques », avec un premier choix du SMTC parmi ces 6 constructeurs prévu en début d’année prochaine.