Un sud plein d’avenir

Publiée le 17 décembre 2018

Il pèse près de 10% de ses habitants de la Métropole et 20% de ses emplois. Le secteur dit de la « Centralité sud » de la Métropole va connaître de profonds changements.

Grenoble-Alpes Métropole

À l’ouest, le Rondeau et le quartier Essarts-Surieux (Échirolles) ; à l’est, le quartier du Val (Eybens) ; au nord les quartiers Village Olympique et Arlequin (Grenoble) ; au sud enfin, le CHU (Échirolles). Voilà tracé à gros traits le périmètre de ce qu’il convient d’appeler aujourd’hui « Centralité sud », un espace plein de potentiel, où vont se concentrer investissements publics et privés dans les années à venir.

Le 21 décembre, les conseillers métropolitains seront invités à reconnaître le projet « d’intérêt métropolitain ». « C’est un événement important (…), il est temps de faire émerger une nouvelle centralité dans le sud de l’agglomération (…) et d’inventer un nouveau projet urbain », a déclaré lors d’une conférence de presse Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. « C’est un moment historique, renchérit Renzo Sulli, maire d’Échirolles. Ce n’est pas un projet à court terme. Il s’agit de la transformation de tout un territoire. C’est un projet pensé globalement, un projet métropolitain qui intéresse trois communes ».

Il faut dire que le territoire a plus d’un atout dans sa manche. En plus des équipements culturels ou sportifs d’envergure métropolitaine, (Summum, Alpexpo, patinoire Pôle Sud, MC2, La Rampe…), des deux pôles d’échanges multimodaux (Grand’Place et la halte ferroviaire d’Echirolles), de la ligne de tram, du centre commercial et des 70 hectares d’espaces verts, il accueille aussi des équipements universitaires, un CHU et des entreprises de rayonnement national et international (Artelia, Atos, Caterpillar, Alstom, HP, Schneider…). Ajoutez à cela un atout maître : 70 hectares de foncier potentiellement utilisable pour l’implantation de nouvelles entreprises.

Une ville « idéale » mais éclatée

Voir l'image en grand Grenoble-Alpes MétropoleMalgré ces nombreux atouts, les différents secteurs de la Centralité sud souffrent aujourd’hui d’une mauvaise image. La raison principale : une organisation en îlots urbains, construits autour de grands parcs et une infrastructure principalement pensée pour un usage routier, au détriment des vélos et des piétons. Bref, une ville éclatée, fragmentée, déstructurée, où les déplacements se révèlent plein d’embûches et le repérage complexe. En fait, une ville idéale telle qu’on pouvait l’imaginer dans les années 60, mais dont on connait désormais les travers.

Aujourd’hui, les usages ont évolué, la ville doit retrouver compacité et simplicité et ce territoire doit donc changer : mobilité, environnement, qualité des espaces publics… Il faut tout repenser. « L’objectif, c’est d’améliorer la qualité de vie des habitants, dans une zone qui a été pensée au départ comme un territoire autoroutier, à un moment où la voiture constituait l’élément central de l’aménagement urbain », souligne Éric Piolle, maire de Grenoble.

Un nouveau quartier

Dans ce contexte, plusieurs projets d’aménagement et de construction, réalisés par des propriétaires fonciers, voient le jour aujourd’hui, notamment autour de Grand’Place, du Pôle gare d’Echirolles et du quartier des Granges Sud. Des entreprises comme Artélia se positionnent sur le secteur, les collectivités publiques construisant avec elle tout un projet de renouveau, pour faire émerger un quartier intégrant logements, bureaux, commerces et services.

Ces initiatives constituent les premières briques d’un projet d’aménagement ambitieux que la Métropole veut porter avec les différentes communes. Responsable des voiries, elle s’appuie sur ces projets pour engager une requalification complète des espaces publics. Avec comme principaux objectifs de relier ces îlots pour les rendre plus attractifs et mieux partager les espaces entre les piétons, les vélos, les transports publics et les voitures. « L’objectif, c’est de relier des espaces qui aujourd’hui se tournent le dos, précise Francie Mégevand, maire d’Eybens. Ce n’est pas un duplicata des centres-villes mais cela vient compléter plutôt les centralités existantes ».

Ce secteur a toujours été un territoire d’innovation. Il doit désormais franchir une nouvelle étape pour confirmer sa fonction de centralité métropolitaine tout en se connectant au reste de l’agglomération. La centralité Sud, c’est un projet qui soutient le développement d’une identité de « ville-parc », autour d’une mixité sociale et urbaine renouvelée.

 

Au cœur de cette nouvelle centralité, Grand’Place

L35Grenoble-Alpes Métropole accompagne la rénovation du centre commercial Grand’Place par son propriétaire Klépierre en repensant tous les espaces publics alentours. Une grande transformation aura ainsi lieu avec la disparition de l’autopont entre Grand’Place et Carrefour, qui laissera la place à une allée végétalisée, faisant la part belle aux piétons et donnant un accès direct au centre commercial. Le projet comprend aussi la création et l’aménagement d’un parvis devant Grand’Place, à la place du parking qui deviendra un espace fédérateur et animé pour la Centralité, avec des restaurants et de nouvelles enseignes. La circulation sur le cours de l’Europe sera entièrement repensée.

Les Villeneuves : naissance du premier « écoquartier populaire »

Lucas Frangella/Grenoble-Alpes MétropoleLe quartier des Villeneuves à Grenoble et Echirolles fait partie intégrante de cette Centralité sud. Il est aujourd’hui au cœur d’un programme de renouvellement urbain, dont l’objectif principal est de le transformer durablement pour le rendre plus attractif. Les interventions vont porter sur l’habitat social et privé pour favoriser la mixité sociale, et sur le réaménagement des espaces publics pour faciliter les circulations et les relations de proximité. L’objectif étant d’améliorer le quotidien des habitants, en proposant un cadre de vie agréable et sécurisant.

 

Artelia : un aménagement ambitieux combinant économie et habitat

Dans le secteur des Granges sud à Echirolles, un vaste projet d’aménagement est porté par le groupe Artelia, en partenariat avec la Métropole et la ville d’Echirolles. La multinaltionale y construit son nouveau centre d’innovation pour ses 500 salariés de l’agglomération. Le projet prévoit également la construction de 480 logements, de 10 000 m2 de résidences (dont la moitié pour les seniors) et au moins 1500 m2 de commerces.

Les grands projets de la Métropole