ST Microelectronics présente ses métiers et ses innovations

Publiée le 29 octobre 2018

Le géant du semi-conducteur présente ses métiers et ses innovations dans un hall de démonstration accessible aux écoles et aux entreprises. Visite guidée.

Lucas Frangella/Grenoble-Alpes Métropole Thierry Fensch de ST Microelectronics et Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole.

C’est un des fleurons de la « silicon valley » grenobloise. Tous les jours, nous côtoyons ou manipulons environ 200 de ses technologies et composants : dans les téléphones, les ordinateurs, les logements, les vélos électriques, les voitures, etc. Par exemple, la dernière Audi A8 contient, à elle seule, près de 1000 puces et circuits imaginés à Grenoble et conçus à Crolles. Par qui ? ST Microelectronics, un des leaders mondiaux des semi-conducteurs.

Après avoir traversé une zone de turbulences en 2016 avec la suppression de plus de 400 emplois en France, l’entreprise franco-italienne se porte beaucoup mieux. Premier employeur privé de la région avec environ 6000 salariés, la société a embauché une centaine de personnes cette année. Désormais, elle cherche même à faire connaître son savoir-faire à travers notamment un « showroom » installé sur son site grenoblois.

Écosystème favorable

Dans cet espace créé en 2015, l’entreprise présente son « mur des métiers » et ses principales innovations au grand public. Pour y accéder, c’est assez simple : il suffit d’en faire la demande. « ST » accueille ainsi chaque année une quarantaine d’écoles. « Ce sont principalement des élèves de 4e et de 3e, précise Patrick Duréault, directeur du site. L’objectif, c’est de les intéresser aux métiers scientifiques ». Et de susciter, pourquoi pas, des vocations d’ingénieurs.

Le hall de démonstration de ST Microelectronics accueille aussi des étudiants des écoles d’ingénieurs mais aussi – et c’est nouveau - des écoles de commerce comme Grenoble École de Management (GEM). « Nous avons également des demandes émanant d’entreprises qui ne sont pas dans le métier de la microélectronique mais qui veulent montrer à leurs clients l’environnement dans lequel elles évoluent », reprend Patrick Duréault.

« Le rôle d’une Métropole comme la nôtre, c’est justement de continuer à réunir les conditions pour l’installation et le maintien de ce type d’activités, a expliqué Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole, lors d’une visite du showroom la semaine dernière. Notre mission est de permettre à ces entreprises de se développer ici et de profiter d’un écosystème favorable ».

Lucas Frangella/Grenoble-Alpes Métropole