Un bâtiment flambant neuf pour l’Institut d'études politiques qui a fêté ses 70 ans

Publiée le 26 octobre 2018

Ce jeudi, l’Institut d’études politiques (IEP) a fêté ses 70 bougies et inauguré son bâtiment flambant neuf de 9000 m2, dont une extension de quelque 1800 m2.

©Grenoble-Alpes Métropole / Lucas Frangella L’immense sculpture de l’espagnol José Seguiri, représentant Hypnos, dieu du sommeil, trône devant le nouveau bâtiment de l'IEP.

Il n'avait pas connu de rénovation depuis sa création en 1948. L'IEP est désormais l'un des bâtiments phares les plus modernes du campus, après un chantier entamé début 2015. Un chantier important pour la Métropole (maîtrise d'ouvrage), qui vient renforcer la dynamique créée par le label Initiative d'excellence (Idex) reçu par l'université Grenoble Alpes pour rivaliser avec les meilleures universités du monde.

Recoller aux normes actuelles

@Lucas Frangella / Grenoble-Alpes MétropoleRéalisée par le cabinet "Chapuis Royer Architectes", cette modernisation a permis à ce bâtiment de 70 ans de recoller aux normes actuelles, d'embellir son esthétique intérieure et extérieure et de lui apporter la modernité et le confort attendus par les étudiants d'aujourd'hui.

« On accusait du retard en termes d’accueil des étudiants », indique Jean Charles Froment, directeur de l'IEP. « Le bâtiment était autrefois configuré pour accueillir 1000 étudiants, or nous en accueillions 2000 ce qui posait de sérieux problèmes d’exiguïté ». Sans compter qu’ « il n’était plus aux normes en matière d’électricité et de chauffage dont les systèmes dataient des années 60 ».

Passerelle métallique, bois local et patios lumineux

Une immense sculpture de l’espagnol José Seguiri, représentant Hypnos, dieu du sommeil, trône désormais devant le nouveau bâtiment, suggérant aux étudiants de ne jamais renoncer à leurs rêves… À l'entrée, sur les façades extérieures, le choix de l'acier Corten (effet rouille) conjugué au béton lisse ou brossé apporte une simplicité et une authenticité dont la tendance est déjà observable depuis quelques années dans d'autres lieux de l'agglomération comme à la Bastille.

À l'intérieur, on retrouve la même nudité des murs en béton, reliés par des passerelles métalliques, des menuiseries en bois local et une "rue" bordée de patios favorisant l'éclairage naturel. Un soin particulier a été accordé aux lieux de vies lumineux, avec des espaces de convivialité, un grand espace de documentation et de travail, des amphis rénovés et accessibles et des salles de cours en plus. Deux immenses œuvres du peintre isérois Arcabas représentant « la guerre » et « la paix » viennent enfin rehausser les lieux.

Pour Dimitri, 22 ans, en 2e année de master à l’IEP, « cela n’a plus rien à voir avec les anciens bâtiments. Les nouveaux amphis apportent un confort qui nous donne encore plus envie d’apprendre…Pour moi, c’est comme s j’entrais dans un temple de la connaissance et du savoir et cela conforte mon état d’esprit ». Point de vue partagé par Cécile, également en 2e année de master, qui précise « que les nouvelles salles insonorisées sont très pratiques pour nos travaux de groupes ». Sans compter Marie-Agathe, qui note enfin que « nos conditions de travail ont été largement améliorées ; on est maintenant en phase avec les standards des grandes écoles européennes ! ».

Séduire les étudiants étrangers

Autre volonté chère à l'IEP - qui entre en résonance avec l'accentuation de la dimension internationale du campus -, celle de signifier d'emblée l'internationalisation des formations, avec la création d’un espace "Services relations internationales" directement adossé à l'entrée principale : « L’internationalisation est désormais au cœur de nos politiques avec plus de 300 élèves étrangers qui étudient dans nos locaux et pour lesquels la qualité de l’infrastructure est primordiale", reprend le directeur.

Pour le président de la Métropole, Christophe Ferrari, présent lors de cette inauguration, ce nouvel ensemble « est une richesse et une chance. Il démontre la volonté de l'IEP de s'ouvrir encore plus vers l'international, car c'est le monde de demain. Avec ce beau travail esthétique et architectural, nous pouvons désormais accueillir professeurs et élèves dans d'excellentes conditions, ce qui concoure à la bonne réputation de notre Métropole ».

Financements :

  • Etat 0,5 M€
  • Région : 2,5 M€
  • Ville de Grenoble : 2M€
  • Métropole : 5,322 M€