Collecte des déchets en journée : bilan de l’expérimentation menée dans le Grand Sud de la Métropole

Publiée le 27 août 2018

Ce matin, le président de la Métropole Christophe Ferrari, accompagné de Georges Oudjaoudi, vice-président à la collecte et la valorisation des déchets, est allé à la rencontre des agents qui expérimentent la collecte des déchets en journée dans certaines communes du sud du territoire.

© Vianney Thibaut

Depuis septembre 2016, la Métropole teste la collecte des déchets en journée - entre 9h et 16h - dans les communes de Vif, Le Gua, Varces-Allières-et-Risset, Saint-Paul-de-Varces, Miribel-Lanchâtre ainsi que les routes d’altitude de Claix.

Cette nouvelle organisation a notamment pour objectif de faciliter la circulation des bennes à ordures sur les routes et d’éviter les phénomènes d’encombrement pendant les heures de pointe de déplacement des riverains et des transports scolaires et en commun (entre 7h et 8h30) qui sont sources d’accidents. En période hivernale, elle permet également aux camions-bennes d’intervenir après les opérations de déneigement, garantissant ainsi une meilleure efficacité de la collecte.

La réduction des nuisances sonores constitue également un enjeu non négligeable de cette expérimentation tout comme l’amélioration de la santé et des conditions de travail des agents. Christophe Ferrari, qui accompagnait ce matin les agents dans leur tournée de collecte exprimait ainsi : « Vous êtes les premiers maillons de la politique de tri de la Métropole et je tiens à vous exprimer ma gratitude pour le travail rendu. Nous sommes très attentifs à vos conditions de travail et cette nouvelle organisation, qui vous permet d’avoir de vraies nuits, une meilleure qualité de vie et davantage de proximité avec les usagers est bénéfique pour tous ».

Après deux ans de mise en œuvre, il a en effet été observé chez les agents volontaires une meilleure récupération physique ainsi qu’un impact positif sur leur qualité de vie. « Je me sens beaucoup plus reposé et je passe plus de temps en famille le matin et le soir » témoigne ainsi l’un des agents volontaires.

Du côté des communes concernées, celles-ci mettent en avant la qualité et la continuité de service découlant de cette organisation, notamment lors des chutes de neige, ainsi qu’un plus grand contact entre les agents et les usagers.

La possibilité d’étendre ce dispositif à d’autres secteurs du territoire est actuellement à l’étude par la Métropole grenobloise.

Christophe Ferrari, président de la Métropole, entouré de Georges Oudjaoudi, vice-président à la collecte et la valorisation des déchets, des maires des communes concernées et des agents de la collecte, avant de prendre le départ de la tournée de collecte © Nathalie Anula / Grenoble-Alpes Métropole