Mobilité : Indigo Weel lance 600 vélos en libre-service

Publiée le 19 juillet 2018

Une charte de bonne conduite a été signée entre le nouvel opérateur et les collectivités. Lancement le 23 juillet.

Grenoble-Alpes Métropole Yann Mongaburu, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge des déplacements, et Jean Gadrat, directeur général adjoint d’Indigo Weel.

Des vélos en libre-service vont faire leur apparition. Déjà présente à Metz, Bordeaux, Lyon, Tours, Toulouse et Angers, la société Indigo Weel, filiale du groupe Indigo spécialisé dans les parkings, lance ses cycles blancs et mauves à Grenoble. Une première flotte de 600 cycles va être déployée à partir du 23 juillet. Elle côtoiera les 6500 Métrovélos jaunes déjà en circulation sur l’ensemble du territoire métropolitain. Cette nouvelle offre fonctionne grâce à une application téléchargeable sur téléphone. Après s’être inscrit, l'utilisateur doit créditer son compte ou souscrire à un des trois abonnements proposés. Il géolocalise ensuite le vélo le plus proche et le déverrouille grâce à l’application.

Le dispositif a la particularité d’être sans station. Un client peut ainsi stationner son deux-roues dans l’espace public, sans l’ancrer à une borne. Cependant, il doit se garer dans les zones de stationnement identifiées, et à proximité des arceaux mis en place par la Métropole (près de 500 par an). « Nous sommes dans un contexte urbain très dense, a rappelé Jean Gadrat, directeur général adjoint d’Indigo Weel. L’idée, c’est de mettre les vélos dans des points de dépose concertés avec les collectivités, c’est-à-dire des lieux où il y a de la demande et qui ne gênent pas les autres usagers ».

« C’est une nouvelle offre de mobilité, complémentaire de l’offre publique, qui va faciliter l’usage occasionnel et ponctuel du vélo sur notre territoire. Nous avons fait le choix (d’Indigo Weel) dans une logique de coordination et de régulation », a souligné Yann Mongaburu, vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge des déplacements. « Nous faisons le pari de la coordination (…) et nous espérons, par la discussion, pouvoir réguler les éventuels problèmes », a ajouté Lucille Lheureux, adjointe au maire de Grenoble en charge des espaces publics.

L’opérateur s’engage…

Voir l'image en grand Grenoble-Alpes MetropoleIndigo Weel, Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Grenoble et la Communauté Université Grenoble Alpes ont ainsi signé le 18 juillet une « charte de bonne conduite » pour que « le service soit déployé et exploité dans les meilleures conditions, respectueuses des autres usages et des personnes qui partagent l’espace public ». Avec ce document, l’opérateur s’engage à rappeler à ses clients le code de la rue et à leur apporter une « information claire et régulière » sur les règles de stationnement. Il s’engage également à leur mettre à disposition un « matériel fiable, sécurisé et de qualité » et à proposer une maintenance « de haute qualité et un service client performant ». Enfin, Indigo Weel maintiendra un dialogue « régulier » et « constructif » avec les collectivités, et échangera avec elles des informations « dans l’intérêt des usagers ».

Ainsi, l’entreprise a prévu un système de gratification pour les « bons cyclistes » et de sanction pour les usagers « non disciplinés ». Une zone de couverture a aussi été définie : les Indigo Weel pourront être stationnés à Grenoble et sur le campus universitaire à Saint-Martin d’Hères. En dehors de cette zone, le stationnement sera facturé 15 euros. Des camionnettes (et bientôt des tricycles) viendront récupérer les vélos mal garés ou endommagés pour les emmener dans un centre technique installé à Saint-Martin d’Hères. Par ailleurs, l’entreprise va s’appuyer sur sa « communauté d’usagers » pour lui signaler, via les réseaux sociaux, les vélos mal stationnés ou dégradés.