Déchets : la Métropole expérimente le tri et la collecte des déchets alimentaires

Publiée le 25 juin 2018

De la table à la table… en passant par la terre. Tel est le défi qu’est en train de relever la Métropole en expérimentant depuis novembre 2017 la collecte séparée des déchets alimentaires de quelque 3000 foyers grenoblois (La Capuche) et échirollois (La Commanderie) et d’une cinquantaine de commerçants de l’hypercentre de Grenoble.

En 7 mois de pratique, la Métropole a déjà collecté 65 tonnes de déchets alimentaires chez 3000 foyers et 44 chez 50 commerçants.

« Les déchets alimentaires représentent 1/3 de la poubelle grise, soit 60 kg par habitant et par an, rappelle Georges Oudjaoudi, vice-président de la Métropole en charge de la collecte et de la valorisation des déchets... Autant de déchets qui pourraient être valorisés en un compost de qualité par le centre de Murianette, s’ils étaient correctement triés. »

Un bilan très encourageant à mi-parcours

Il y a 6 mois, pour expérimenter cette démarche, la Métropole a fourni des poubelles marrons, des bios seaux et des sacs 100% compostables aux habitants engagés dans cette opération pilote. « Si le pari semblait difficile, le bilan à mi-parcours nous permet d’ores et déjà de prévoir sa généralisation à l’ensemble de la métropole d’ici la fin du mandat », poursuit l'élu.

Une ambition soutenue par l’enthousiasme rencontré - seulement 1% des foyers ont refusé de participer - comme par les premiers résultats obtenus : « Nous nous étions fixés un premier objectif de 30 kg de déchets récoltés par an et par personne. Aujourd’hui, on constate que le contrat est d’ores et déjà rempli à Échirolles, et qu’on atteint les 19 kg à la Capuche ».

« C'est un geste supplémentaire à réaliser, mais finalement, on s'y fait vite, et surtout, on a été rapidement convaincus par la finalité », témoigne Mehdi Bouhafa, habitant d’Échirolles. « Car c’est une bonne chose que nos déchets puissent servir à nouveau, en étant transformés en compost ».

"On ne s'imaginait pas en collecter autant"

De la même façon, du côté des restaurants et des commerces alimentaires de l’hypercentre de Grenoble, les 50 kg collectés en moyenne chaque semaine par commerce - soit 44 tonnes de déchets organiques depuis novembre 2017 - « montrent bien que ce dispositif est opérationnel… On ne s’imaginait pas en collecter autant ! », reprend Georges Oudjaoudi.

Et si pour Jean-Jacques Incardona, patron du restaurant "Le Family Kitchen" (Ci-contre en photo avec sa cheffe cuisinière), « on était un peu réticent au début, car on ne savait pas comment on allait intégrer ce tri dans notre processus de travail. Mais finalement, on a bien vu qu’avec le recul, ça n’a pas bouleversé notre organisation. C’est un petit geste citoyen responsable qui nous permet de lutter concrètement au quotidien contre le gaspillage ».

Face au succès rencontré auprès des commerçants, l’opération vient d'être étendue à tous les professionnels du centre-ville de Grenoble ainsi qu’aux gros producteurs de biodéchets (plus de 10 000 tonnes/an).

Par ailleurs, depuis novembre 2017, plus de 110 commerçants ont utilisés 4 points de dépôt temporaires aménagés pour amener leurs cartons. Plus de 18 tonnes de cartons ont ainsi été collectées, offrant une solution de proximité pour les commerçants ayant des problématiques de stockage, et leur permettant d’alléger les bacs surchargés des copropriétés.