Réseaux d’eau potable : la Métropole soutient les petites communes

Publiée le 15 mai 2018

Ce lundi, Christophe Ferrari, président de la Métropole, s’est rendu sur la commune de Séchilienne pour constater l’avancement des travaux de rénovation du réseau d’eau potable et ceux relatifs à la reconstruction et à la réparation de deux ouvrages d’art.

©Grenoble-Alpes Métropole / Guillaume Rossetti Afin de creuser les tranchées accueillant la nouvelle canalisation d’adduction d’eau potable (longue de 3 km), une trancheuse de 25 tonnes équipée de dents en carbure de tungstène est nécessaire pour venir à bout de la roche dure et noire de Séchilienne.

C’est tout simplement le 2e plus grand chantier de l’année engagé par la Métropole en matière de sécurisation des réseaux d’eau potable de son territoire. Après celui des communes de Vif, Le Gua et Varces. Des travaux qui étaient « attendus depuis des décennies », témoigne Cyrille Plenet, maire de la petite commune montagnarde de Séchilienne, composée de nombreux hameaux et totalisant quelque 1000 habitants. « Nos canalisations et nos réservoirs étaient en mauvais état et nous connaissions des coupures d’alimentation et des problèmes de qualité de l’eau », précise l’édile. « Sans la Métropole, son apport financier et ses compétences en matière d’ingénierie, la commune aurait eu du mal à sortir toute seule de cette situation ! ».

1 million d'euros investis

©Grenoble-Alpes Métropole / Guillaume Rossetti Côte à côte et de gauche à droite, Christophe Ferrari, président de la Métropole et Cyrille Plenet, maire de Séchilienne.Mais laissons parler les chiffres : alors que la commune investissait 40 000 euros par an en moyenne sur son réseau d’eau potable, ce sont 1 million d’euros qui ont été débloqués par la Métropole pour restructurer entièrement le réseau desservant les hameaux du Haut de Séchilienne, précisément celui des Clots, des Blancs et des Rivaux. Pour y parvenir, une station de surpression a notamment été créée et l'installation d'environ 3 km de canalisations nouvelles va bientôt se terminer.

De la même façon, des travaux de rénovation ont été engagés, avec, notamment, l’amélioration de la décantation (mise en place de bacs de rétention en inox), l’installation d’une alimentation électrique, la mise en place d’un système de télégestion et d’un turbidimètre, la construction d’un bâtiment de 30 m² qui accueillera un dispositif de filtration de l’eau, le remplacement de canalisations existantes par des canalisations en Inox, et l’aménagement de regards (by-pass) de contrôle…

Ces travaux d’envergure ont débuté en octobre dernier et s’achèveront au mois d’octobre prochain avec la mise en service des nouvelles installations et la remise en état des chaussées empruntées dans le cadre du chantier.

"Un bel exemple de la solidarité métropolitaine"

©Grenoble-Alpes Métropole / Guillaume Rossetti Le mur de la Villa Rose reconstruit.Du côté des ouvrages d’art de la commune, le mur de la villa Rose, qui soutient la route communale du Luitel en prenant appui sur un terrain privé s’était effondré en mai 2016... Soit 5 jours après une visite de contrôle par les services métropolitains qui avaient constaté de fortes dégradations sur l’ouvrage et ainsi prévu sa reconstruction. Il a donc été entièrement reconstruit fin juin 2017.

©Grenoble-Alpes Métropole / Guillaume Rossetti Le pont des Blancs renforcé.Quant au pont des Blancs permettant le franchissement du ruisseau du Bruyant dans la traversée du hameau des Blancs, il laissait, dès 2016, apparaître de nombreux signes de faiblesses. Après une restriction de tonnage et un suivi hebdomadaire pour le préserver, des travaux menés en urgence face à une dégradation rapide ont permis de renforcer sa voûte et les autres éléments de l’ouvrage. Entièrement sécurisé, il a été rouvert à la circulation le 3 mai dernier, après une reprise complète de la chaussée.

« L’ensemble de ces aménagements menés par la Métropole est un bel exemple de la solidarité métropolitaine, a insisté sur place Christophe Ferrari. Un million d’euros investis pour sécuriser l’alimentation en eau potable de la commune de Séchilienne, voilà la réalité de la solidarité et de l’esprit qui anime la Métropole, qui est au service des petites communes ».