Transition énergétique : Nicolas Hulot en visite à Grenoble

Publiée le 13 avril 2018

Ce vendredi, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire s’est rendu sur la presqu’île scientifique de Grenoble où il a participé à la pose de la première pierre de Biomax, la future centrale au bois de la Métropole.

©Lucas Frangella Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire« Avec ce projet qui va permettre de chauffer davantage, tout en faisant des économies d’énergie et en créant des emplois, vous démontrez que ces atouts peuvent être conciliables, et que le temps des paroles est passé ». C’est ainsi que le ministre s’est adressé au président de la Métropole et à ses partenaires pour qualifier la future centrale au bois de la Métropole qui pourrait être mis en service en 2020, en remplacement de la chaufferie au fioul lourd du CEA.

Employant 17 personnes, elle alimentera entre 15 000 et 20 0000 logements en chauffage urbain et 10 000 logements en électricité, et permettra une économie de quelque 12 000 tonnes de CO2 par an. « C’est un honneur de vous avoir parmi nous pour poser la première pierre de cette centrale XXL, s’est exprimé Christophe Ferrari en direction du ministre. Car il s’agit du plus gros investissement réalisé sur notre réseau de chaleur depuis 1992, lequel est le 2e plus important de France, ce qui pour nos entreprises comme pour les Métropolitains en situation de précarité notamment, représente la promesse d’une énergie encore plus compétitive ».

Avant la pose de la cette première pierre, le ministre de la transition écologique et solidaire s’était au préalable rendu au sein du nouveau bâtiment GreEn-Er (pôle d’innovation de dimension mondiale sur l'énergie et les ressources renouvelables). C'est là que le président de la Métropole, Christophe Ferrari a présenté le projet métropolitain GREnoble Alps Together (GREAT) visant à apporter des solutions concrètes aux problèmes rencontrés quotidiennement par les métropolitains, comme les congestions urbaines, les consommations d’énergies trop élevées ou encore la pollution atmosphérique. Il a par ailleurs visité le laboratoire de génie électrique de Grenoble, le G2Elab où il a pu prendre connaissance des travaux en cours.

©Lucas Frangella Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, et Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble