Grenoble, capitale des robots marcheurs

Publiée le 23 mars 2017

Près de 300 étudiants venus de toute la France ont participé jeudi au concours des robots marcheurs sur le campus universitaire de Grenoble.

©Grenoble-Alpes Métropole/Guillaume Rossetti Une trentaine d'équipes sont venues de toute la France.

Bumble Bee et Robocoque n’ont pas le trophée en forme de Robocop. Avec leurs petits moteurs électriques et leurs petites pattes, les robots de l’IUT de Grenoble ne sont pas allés plus loin que les quarts de final du concours des robots marcheurs. C’est l’IUT de Saint-Quentin, dans l’Aisne, qui a remporté la finale haut la main. Devant Lyon et Saint-Étienne notamment.

 

Cette drôle de compétition est organisée chaque année entre les étudiants de plusieurs IUT de France. Elle voit s’affronter des robots fonctionnant à l’aide d’un moteur d’essuie glace ou de perceuse tractant un char (qu’ils doivent larguer en cours de route) sur un parcours de quelques mètres. Cette année, l’événement se déroulait sur le campus universitaire de Grenoble, haut lieu de la recherche et de l'innovation en France.

 

Scarabée mécanique

Une des équipes de l’IUT de Grenoble a donc construit Bumble Bee, baptisé ainsi en référence au film Transformers. Le petit robot à six pattes, sorte de scarabée mécanique un peu brinquebalant, a remporté trois courses le matin mais s’est arrêté net en quart de finales. « Cela a fonctionné un peu mais pas complètement », résume assez bien Mathis, un de ses concepteurs.

 

En revanche, Robocoque (en référence aux noix de Grenoble) n’a rien gagné. Enfin si, une course mais par forfait : son adversaire n’a pas démarré. « Sur le papier, notre robot était rapide mais on a eu des soucis de réglage, explique Marc, un de ses fabricants. C'est là qu'on voit la différence entre la théorie et la pratique. Mais si on avait eu une semaine ou deux de plus pour se préparer, on était bon… ».

  • Retrouvez ci-dessous Grenoble (le coq de feu) en quart de finale, et la finale :