Musiques : Embarquez pour un tour du monde avec Détours de Babel

Publiée le 14 mars 2018

La découverte, le voyage. C’est ce que promet chaque année le festival Détours de Babel qui se déroule du 16 mars au 7 avril dans 18 communes de la métropole grenobloise et du département de l’Isère.

Laura Mc Cullagh Le groupe sud-africain BCUC

Détours de Babel, c’est un voyage à travers le monde : plus de 190 artistes venus de 19 pays (Afrique du Sud, Algérie, Belgique, Inde, Japon…) présenteront leurs œuvres issues des chants traditionnels ou des écritures plus modernes. Avec d’abord trois têtes d’affiche, mondialement connues : la chanteuse malienne Rokia Traoré, le pianiste Brad Mehldau et le saxophoniste américain Archie Shepp

Mais comme d’habitude, le festival se caractérise aussi par la présentation de nombreuses créations proposées en exclusivité au public métropolitain et isérois. Comme celle de Souad Asla qui montera sur scène avec 11 autres femmes algériennes, âgées de 20 à 70 ans, pour partager le répertoire de chants spirituels du sud algérien imprégné de la musique gnawa. Ou encore celle du pianiste Roberto Negro qui nous emmènera dans les rues de Kinshasa, ville monde débordante de vie et de créativité. Autre moment très attendu : le concert du clarinettiste klezmer Yom à l’Église Saint-Pierre de Varces avec 80 enfants de la commune.

"Un monde déjà multiculturel"

Détours de Babel proposera également des rencontres avec les artistes, et une installation à l’Ancien Musée de peinture, place de Verdun à Grenoble. Le festival renouvelle aussi le Brunch Jazz no Zazz, un événement populaire, très apprécié notamment par les familles, et organisé cette année avec le Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas et les associations du quartier Très Cloîtres.

Le festival se déroule dans une quarantaine de lieux de résidence et d’accueil dans 18 communes de la métropole grenobloise et du département de l’Isère. Ainsi, pour sa soirée de clôture, il donne rendez-vous à la MC2 pour une soirée dédiée au bouillonnement de la culture sud-africaine avec une création originale du groupe de jazz Sons of Kemet et de la compagnie de danse Via Katlehong, basée à Soweto, suivi d'un concert du « septet afro-psychédélique » Bantu Continua Uhuru Consciousness (BCUC). Pour un final en transe.

Depuis huit ans, le festival défend contre vents et marées une certaine idée de la culture, de l’innovation et finalement du monde : « La culture est aujourd’hui largement mondialisée, c’est pourquoi nous privilégions les rencontres transculturelles, indique Benoit Thiebergien, son directeur. C’est la diversité des approches que nous essayons de promouvoir. Car le monde est petit, il est déjà multiculturel. Cette différence est évidemment une source de richesse ».

 

Plus d’infos sur detoursdebabel.fr