Lutte contre les pics de pollution : le dispositif évolue

Publiée le 23 février 2018

Afin d’anticiper et de mieux juguler les pics de pollution dans l’agglomération grenobloise, un nouveau protocole de recommandations, d’alertes et de mesures vient d’être mis en place par la préfecture de l’Isère, en lien avec Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, l'observatoire de surveillance de la qualité de l'Air de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

La gestion des pics de pollution n’est pas nouvelle dans l’agglomération. Elle est encadrée depuis 2014 par un arrêté inter-préfectoral régional dont la dernière révision prévoit des actions temporaires ciblant les secteurs agricole, industriel et résidentiel et celui des transports routiers notamment.

Pour renforcer ce dispositif, un protocole local signé fin 2016 par la Métropole, le Pays Voironnais et le Grésivaudan, visait à réduire la durée et l’intensité des pics de pollution en limitant la circulation en fonction de l’ancienneté des véhicules (Certificats qualités de l’air) et du nombre de jours cumulés de pics de pollution.

Désormais, le nouveau dispositif de gestion des épisodes se veut plus complet et plus précis puisqu’il cible tous les secteurs générateurs de pollution, en fonction de la nature des épisodes (hivernal, estival ou mixte), de leur intensité, et du bassin d’air concerné (bassin grenoblois, bassin nord Isère, bassin zone alpine Isère).

En cas de pic de pollution, le dispositif décline dorénavant trois niveaux de mesures spécifiques, selon qu’il s’adresse à l’ensemble de la population, aux automobilistes, au secteur résidentiel, aux collectivités territoriales, aux autorités organisatrices des transports, au secteur agricole ou industriel ou encore à celui du bâtiment.

Les différents niveaux de mesures :

> Le niveau 0 concerne des recommandations comme l’abaissement de la vitesse de 20 km/h sur les voies pour lesquelles la vitesse maximale autorisée est supérieure ou égale à 90 km/h, ou encore l’encouragement à utiliser les modes de transport doux comme le vélo, les transports en commun, le covoiturage, etc.

> Le niveau 1 met en place des mesures contraignantes qui peuvent être différentes selon la nature de la pollution et le secteur d’activité, comme par exemple l’interdiction du débroussaillement par le feu pour le secteur agricole en cas d’épisode de pollution hivernal aux particules fines (retrouvez l'ensemble des mesures sur le site de la préfecture de l'Isère).

> Les niveau 2 et 2 aggravé prévoient des mesures qui s’additionnent aux mesures de restrictions et de recommandations déjà prises aux niveaux inférieurs. Selon la nature de l’épisode, le préfet peut graduer sa réponse en appliquant seulement certaines mesures ou en les durcissant.

Pour recevoir les alertes par Mail ou par SMS en cas de pic de pollution, inscrivez-vous sur le site metromobilite.fr