Économie : Visite au cœur d’Inovallée

Publiée le 21 décembre 2017

Avec ses grands groupes et ses start-ups, Inovallée constitue un des pôles numériques d’excellence de la Métropole et demeure une adresse de référence pour les entreprises.

La société Sames Kremlin a acquis une renommée internationale grâce à ses solutions de pulvérisation électrostatique.

Le président de Grenoble-Alpes Métropole, Christophe Ferrari, la vice-présidente déléguée à l’économie, Marie-Josée Salat, se sont rendus mardi à Inovallée, à Meylan, pour visiter plusieurs entreprises implantées dans le secteur. Avec 380 entreprises et 12 000 emplois, Inovallée représente un des principaux pôles économiques de la Métropole. Il est constitué de TPE/PME industrielles souvent à la pointe de la technologie, de jeunes pousses en plein développement et de centres de recherche de grands groupes français et internationaux. Des profils variés qui font la richesse de cet écosystème.

 

Voir l'image en grand Christophe Ferrari et Cédric Perres, directeur général de Sames KremlinPremier arrêt à la société Sames Kremlin qui fabrique des robots pulvérisateurs de peinture. Ces derniers sont utilisés notamment sur les chaînes de montage automobiles ou de l’aéronautique. Créée en 1947, l’entreprise compte aujourd’hui parmi ses clients les plus grandes entreprises mondiales : Renault, Peugeot, General Motors, Volkswagen, Airbus… Même si elle connaît parfois quelques difficultés de recrutement, l’entreprise emploie 230 personnes à Meylan et reste un des leaders mondiaux dans sa branche.

 

Orange Labs à l’étroit

 

Deuxième entreprise visitée : SurgiQual Institute, une jeune pousse spécialisée dans les applications informatiques médicales. Comptant une vingtaine d’employés, SurgiQual Institute est une SCOP (société coopérative et participative) : ses salariés, tous très jeunes, détiennent 75% du capital. Hébergée pendant 9 ans à Biopolis, la pépinière d’entreprises de l'université Joseph Fourier à la Tronche, la société vient de déménager à Inovallée, que la Métropole soutient financièrement. « Parce que c’est notre rôle de prendre des risques et de parier sur les acteurs du développement économique », a rappelé Christophe Ferrari.

 

Direction enfin Orange Labs, un des centres de recherche et développement du groupe français de télécommunications. 640 personnes y travaillent pour mettre au point et développer des futures applications numériques comme la 5G ou le réseau LoRa dédié à l’Internet des objets. Orange Labs est un des « historiques » puisqu’il est implanté ici depuis 1977. Mais le centre de R&D se sent à l’étroit et cherche de nouveaux locaux. Plusieurs sites sont à l’étude mais la direction du groupe n’a pas encore confirmé son choix. Là-encore, Christophe Ferrari a confirmé l’aide de la Métropole dans sa démarche de trouver un nouveau site. Si possible à Inovallée.

Orange Labs Meylan est l'un des premiers centres de recherche et de développement en télécommunications dans le monde.