Incendie de la Casemate : l’association poursuit son travail et lance un appel au don

Publiée le 24 novembre 2017

Malgré l’incendie criminel qui a ravagé dans la nuit du 20 au 21 novembre une partie du Centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI), place Saint-Laurent, l’association continue son travail. Elle annonce la réouverture dès le 1er décembre de l’exposition "4 saisons" et lance un appel au don.

©CCSTI La Casemate

 

« Notre premier étage est détruit : plus de showroom (salle de démonstration), plus de Media Lab, plus de Fab Lab. Les machines, les outils et matériaux ont fondu ou sont partis en fumée », se désole Élodie Weber, responsable communication de la Casemate. « Les travaux vont être très longs, entre 6 mois et un an. Donc en attendant, nous essayons de trouver un nouveau lieu, bien que nous ayons de fortes contraintes techniques compte tenu de la nature de nos machines. Mais les services de la Ville et de la Métropole (respectivement propriétaire du bâtiment et financeur de l’association, Ndlr) sont à la manœuvre et devraient revenir vers nous la semaine prochaine ».

"On se serre les coudes"

©Grenoble-Alpes Métropole / Guillaume Rossetti Le premier étage de la Casemate a été complètement ravagé par les flammes.

Si les formations, les réservations et les abonnements liés aux machines sont de fait remis en question, ce sont aussi les offres destinées au tourisme d’affaires, l’espace de travail, les cours "science et art" de l’université, l’Open lab des mercredis et les ateliers qui sont désormais compromis. « Ce qui représente évidemment un manque à gagner pour nous, mais aussi pour nos intervenants. En attendant, on se serre les coudes en utilisant par exemple le Fab Lab de Schneider Electric ou le Laboratoire ouvert de Grenoble (LOGRE) pour les dernières formations pour lesquelles nous étions engagés ».

Mais, « l’esprit de la Casemate ne se résume pas à des locaux ou à des machines, nous n’allons pas arrêter toutes nos activités pour autant », insiste Elodie Weber, qui signale que « sur les 15 équivalents temps plein que compte l’association, aucun n’est aujourd’hui au chômage technique. » Les projets d’animation sur le territoire métropolitain continuent notamment avec le programme européen Expire qui initie les élèves de la Métropole au code inforamtique dans leurs établissements (40 ateliers par an pour 7 établissements).

Une exposition qui rouvre et des partenariats qui continuent

Dès le 1er décembre prochain, l’exposition numérique "4 Saisons" pourra rouvrir au rez-de-chaussée du bâtiment pour sensibiliser à nouveau les enfants de 3 à 7 ans aux changements climatiques. L’association assure également qu’elle poursuivra son implication dans le Grenoble CivicLab ou le nouveau festival du numérique Transfo (en janvier), et donne rendez-vous dans quelques mois pour tester son "Fab mobile" (un Fab Lab itinérant).

On l’a bien compris, la Casemate n’a pas l’intention de baisser les bras malgré la situation. Mais il lui faudra néanmoins payer la relocalisation temporaire du Fab Lab, compléter les remboursements de l’assurance qui ne couvre pas les frais à 100% (entre autres la scénographie des espaces du 1e étage) et combler le manque de ressources à la suite de l’arrêt des activités du Lab (formations, réservation des machines, location de l’espace/tourisme d’affaire).

L'association lance un appel au don

L’association a donc lancé ce jeudi en direction du public un appel au don sur la plateforme Kokorico, avec l’objectif de collecter 50 000 euros en un mois. 10000 euros ont déjà été collectés en un jour ! Les entreprises qui souhaiteraient participer à cet élan collectif peuvent aussi prendre contact avec La Casemate, qui possède un fonds de dotation permettant une défiscalisation.

Dès le matin du sinistre, Christophe Ferrari, le président de la Métropole, s’était rendu sur place pour constater les dégâts et faire part de son « effroi quant à l’incendie qui a ravagé cet équipement emblématique du territoire métropolitain grenoblois au service de la diffusion de la culture scientifique, technique et industrielle ». Mais aussi de sa colère, « face à un incendie de toute évidence criminel que rien ne saurait expliquer, encore moins justifier, et sur lequel toute la lumière devra être faite afin que ses auteurs soient traduits en justice ». Il a en enfin tenu à « apporter tout son soutien à l’équipe de la Casemate, afin de lui témoigner de la mobilisation de la Métropole à ses côtés. »

Incendie Casemate Le président de la Métropole, Christophe Ferrari, et le maire de Grenoble, Eric Piolle, se sont rendus sur place mardi matin.