Débat : Gilles Clément en conférence sur la biodiversité et le jardin planétaire

Publiée le 15 novembre 2017

Le jardinier, paysagiste et écrivain sera vendredi soir à l’IEP de Grenoble avec un message : « nous dépendons de la diversité que nous exploitons ».

Gilles Clément en 2015.

Le célèbre jardinier-paysagiste Gilles Clément tient une conférence exceptionnelle vendredi soir à Sciences Po Grenoble où il évoquera notamment la biodiversité en ville. Né en 1943, Gilles Clément est un ingénieur horticole de formation devenu architecte paysagiste, écrivain et jardinier.

 

Enseignant à l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles, il a créé de nombreux jardins publics comme les jardins de l’Arche de la Défense à Puteaux, du musée du Quai Branly à Paris, ou encore du château de Blois. Au fil de ses interventions et de ses ouvrages, il a développé plusieurs concepts faisant de lui un des plus grands théoriciens du jardin.

 

D’abord, le jardin en mouvement. Gilles Clément est un partisan du laissez-faire (la nature). Selon lui, un jardin doit pouvoir se créer librement, sans intervention mais en fonction de la dynamique du végétal, de la diversité des plantes et de leur déplacement dans l’espace et le temps.

 

Voir l'image en grandC’est aussi un partisan du tiers-paysage qui désigne « la somme des espaces où l’homme abandonne l’évolution du paysage à la seule nature » : friches, bords de route, rives, talus de voies ferrées... Parce qu’ils sont abandonnés par l’homme, ces espaces constituent « l’espace privilégié d’accueil de la diversité biologique ».

 

La « machine » planète

 

Jardiner peut être aussi un acte militant : c’est ce qu’il appelle le jardin de résistance, c’est-à-dire « un jardin sans asservissement aux tyrannies du marché mais avec le souci de préserver toutes les diversités et le bien commun », comme il le décrit dans une interview publiée sur le site Reporterre.

 

Enfin, Gilles Clément développe l’idée d’un jardin planétaire : l’homme, qu’il soit citadin ou non, doit ménager et entretenir avec soin ce grand jardin qu’est la Terre. « La finalité du jardin planétaire consiste à chercher comment exploiter la diversité sans la détruire, explique-t-il sur son site. Comment continuer à faire fonctionner la « machine » planète, faire vivre le jardin, donc le jardinier ».

 

Au moment au 15 000 scientifiques du monde entier lancent un cri d’alarme sur l’avenir de la planète, la conférence de Gilles Clément à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble sera l’occasion de faire le lien entre la préservation de la biodiversité en ville (et ailleurs) et la survie du jardin planétaire.

 

 



Vendredi 17 novembre à 18h
Sciences Po Grenoble
1030 avenue Centrale à Saint-Martin d’Hères
Réservation obligatoire sur lametro.fr.

Localisation


1030 avenue Centrale, Saint-Martin d’Hères