Université-Recherche : un nouveau bâtiment pour l’Institut des Sciences de la Terre

Publiée le 24 octobre 2017

L’institut des Sciences de la Terre (ISTerre), dont les recherches scientifiques visent à améliorer notre connaissance de la structure, de la composition et du fonctionnement de notre planète, vient d’inaugurer son nouvel amphithéâtre « Wilfrid Kilian » sur le domaine universitaire.

La construction de ce nouvel équipement répond au développement du laboratoire créé en 2011 qui réunit l’ensemble des chercheurs, enseignants-chercheurs et personnels en géologie, géophysique et géochimie de l’université Grenoble Alpes, soit plus de 250 personnes au total.

 

Ces équipes pluridisciplinaires cherchent à percer les secrets de notre planète - de sa surface aux profondeurs de son noyau - afin notamment de décrypter quels sont les processus physiques qui gouvernent les séismes, les mouvements de terrain, les éruptions volcaniques… et in fine, de mieux appréhender les risques liés à son fonctionnement et de promouvoir l’utilisation durable de ses ressources.

 

Un équipement au service de l’excellence scientifique

Réalisé dans le cadre de l’opération Campus « Climat-Planète » et financé par la région Auvergne-Rhône-Alpes et Grenoble-Alpes Métropole1, le nouveau bâtiment aux lignes épurées, baptisé « Wilfrid Kilian » en hommage à l’une des figures emblématique de la géologie et de l’Université à Grenoble2 intègre un amphithéâtre d’une capacité de 129 places et deux salles de cours attenantes.

Voir l'image en grand Les élus et partenaires du projet lors de l'inauguration de l'amphithéâtre Wilfrid Kilian lundi 24 octobre 2017.L’équipement va permettre d’accueillir les nombreux évènements scientifiques du laboratoire et offrir aux étudiants de meilleures conditions d’apprentissage. Patrick Lévy, président de la Communauté université Grenoble Alpes (COMUE) témoigne : « Cette réalisation est à la hauteur des ambitions du laboratoire ISTerre qui est reconnu pour son excellence scientifique et va participer au rayonnement des sciences de la terre ». De son côté, Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise, a quant à lui rappelé l’engagement de la Métropole au service de l’Université Grenoble Alpes avant de souligner l’importance du travail des scientifiques qui « contribue à la compréhension des politiques publiques et qu’il faut également largement diffuser auprès de tous les métropolitains ».

 

 

 

 


 

1 Coût de l’opération : 1,2 M€. Ce nouveau bâtiment fait partie de l’un des quatre volets de l’Opération Campus « Climat-Planète » financée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes (7,5 M€) et Grenoble-Alpes Métropole (2 M€)

2 Né en Alsace en 1862, Wilfrid Kilian, géologue, fut nommé professeur à Grenoble en 1892. Pionner de la géologie alpine, il a notamment fondé la collection paléontologique de Grenoble la plus importante au monde pour le Crétacé inférieur et a établi, grâce à la stratigraphie, les premières cartes géologiques du Sud-Est de la France. Ses travaux lui ont permis d’entrer à l’Académie des Sciences en 1919.