Coopération : l’État et la Métropole s’engagent pour la culture

Publiée le 3 mars 2017

La Ministre de la Culture et de la Communication, Audrey Azoulay, s’est rendue ce vendredi 3 mars au siège de la métropole grenobloise afin de signer une convention de coopération culturelle avec la Métropole. Une reconnaissance de l’État quant au travail effectué par la collectivité pour définir sa politique culturelle et un engagement financier pour la MC2, l’Hexagone et le CCN2*.

© Baptiste Gamby / Grenoble-Alpes Métropole Signature de la convention de coopération culturelle par Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication et Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole

« Nous écrivons une nouvelle page de l'histoire métropolitaine et la signature de cette convention vient renforcer le socle sur lequel nous construisons avec l'ensemble des acteurs notre politique culturelle », a déclaré en préambule le président de la Métropole, Christophe Ferrari.

De son côté, la Ministre de la Culture et de la Communication a souligné le caractère inédit de cette signature : « Il s'agit de la première convention que nous signons avec une Métropole. Pour autant, je ne suis pas surprise que cette première ait lieu ici, dans un territoire où les pionniers sont très nombreux. Un territoire riche d'une longue tradition culturelle. Il s'agit donc, à partir de ce qui existe déjà et qui est remarquable, de pouvoir inventer de nouvelles choses ensemble ».

La Ministre rajoute également : « Nous avons de grandes responsabilités mais aussi de grands leviers d'actions grâce à la culture. Dans l'époque que nous traversons, promouvoir la culture relève d'un vrai enjeu républicain ».

En novembre 2016, après un an de travail et de réflexion associant les partenaires institutionnels, les acteurs culturels et les habitants, la Métropole définissait les grandes orientations de sa politique culturelle. Avec plusieurs objectifs : faciliter l'accès du citoyen à la culture – et à travers elle, l'intégration sociale -, soutenir et promouvoir la création culturelle dans toute sa diversité et contribuer au développement économique et à l'emploi dans ce secteur.

Une ambition partagée par l'État via la signature de cette convention qui acte des priorités communes :

  • Soutenir les équipements culturels métropolitains

La Métropole et l'État prennent l'engagement commun de maintenir le soutien financier à la MC2 (ainsi qu'au CCN2 qui y est présent) et à l'Hexagone de Meylan, deux équipements transférés à la Métropole en raison de leur labellisation « scène nationale ».

  • Favoriser la lecture publique et l'enseignement artistique

La Métropole souhaite que chaque habitant puisse avoir un égal accès au réseau de lecture publique ainsi qu'à l'enseignement artistique. Dans ce cadre, elle s'engage notamment à travailler sur la construction d'un portail numérique métropolitain, la création d'une carte unique de lecteur, l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques, l'opportunité de déclarer le Conservatoire à Rayonnement Régional d'intérêt métropolitain ...

  • Porter une réflexion sur la place de l'art et de la culture dans l'espace public

Il s'agira notamment d'étudier la possibilité de mettre en place un grand événement culturel à l'échelle de la Métropole permettant de renforcer l'identité et le rayonnement métropolitain et plus largement, de susciter la création artistique hors les murs.

D'autres actions relatives au soutien à la création, à la politique de la ville et au patrimoine culturel sont également inscrites dans cette convention.

« À partir du cadre de travail que nous venons de fixer pour les prochaines années, la Métropole grenobloise se positionnera comme l'animateur d'une dynamique territoriale afin notamment d'impulser de nouvelles collaborations » précise Christophe Ferrari. Une conférence métropolitaine de la culture rassemblant acteurs culturels et institutionnels sera ainsi créée afin de faire vivre et évoluer ce projet.

 

* Centre chorégraphique national de Grenoble