Travaux à Corenc : Un exemple de concertation et de coordination

Publiée le 6 octobre 2017

Le chantier du chemin Saint-Bruno à Corenc mobilise de nombreux services métropolitains et communaux.

Le chemin Saint-Bruno permet de relier l'avenue de l'Eygala au vieux village de Corenc.

Saint Bruno serait passé par là au 11e siècle pour fonder l’ordre des Chartreux. Aujourd’hui, le chemin qui porte son nom est une petite route étroite, escarpée et sinueuse situé à la limite des communes de Corenc et de Meylan. Les réseaux de distribution et d’adduction d’eau, qui traversent certaines propriétés privées et boisées, y sont très anciens et les canalisations d’assainissement souvent détériorées.

 

C’est la raison pour laquelle la Métropole et la commune de Corenc ont décidé d’engager le renouvellement complet de ces réseaux. Le chantier, qui s’étend sur 1,4 km, a démarré. La première phase des travaux prévoit le passage à une collecte séparative des effluents et la reprise de 11 branchements, le remplacement de la canalisation d’eau potable en fonte et la réalisation d’un complexe de stockage-infiltration.

 

Intégralement financé par Grenoble-Alpes Métropole, qui possède les compétences voiries, assainissement et eau potable, cette première phase des travaux devrait coûter 375 000 euros. Dès qu’elle sera terminée (dans quelques mois), la seconde étape sera lancée : elle comportera un confortement et un recalibrage de la voirie. La fin du chantier est prévue fin 2018.

 

« La force de nos institutions »

 

Les travaux sont difficiles. Comme sur tous les coteaux de la Chartreuse, de nombreuses sources sont présentes dans le sous-sol du chemin Saint-Bruno et peuvent rendre le terrain sensible aux mouvements. Les canalisations de distribution et d’adduction d’eau sont parfois difficiles d’accès. Enfin, certains réseaux, notamment de gaz, sont mal, voire pas du tout, répertoriés.

 

« C’est un chantier important et très complexe qui mobilise de nombreux services : l’assainissement, la voirie, l’eau potable mais aussi le gaz et les télécoms, souligne Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. Il a pu être réalisé grâce à l’excellente coordination des services de la métropole et de la commune. Je trouve extraordinaire cette intelligence publique. C’est cela la force de nos institutions ».

 

« C’est un chantier qui était attendu depuis de nombreuses années, précise Jean-Damien Mermillod-Blandin, maire de Corenc. La métropole et la commune collaborent merveilleusement bien pour le réaliser. C’est un bel exemple de concertation, de coordination et de coopération ».