Transport : La ligne A fête ses 30 ans

Publiée le 27 septembre 2017

Il y a 30 ans, le tramway faisait son retour dans l’agglomération avec la première ligne entre Grenoble et Fontaine. Venez fêter cet événement samedi dans la rame disco.

Le tramway est aujourd'hui plébiscité par des 57 millions de voyageurs chaque année.

Pour fêter les 30 ans de la ligne A, la TAG organise samedi l’opération Saturday Tram Fever. Une rame de tram a été aménagée et transformée en dancefloor, avec un DJ à bord. Elle circulera de 16h30 à 20h avec des arrêts aux stations Gares, Victor Hugo, Chavant, Foch-Ferrié et Alsace Lorraine.En outre, de 14 h à 19 h, des « mix disco » seront proposés par Djack à l'arrêt Victor Hugo, Seb DG à l'arrêt Chavant et Dj Lasse à l'arrêt Grand'Place.

 

Au début des années 70, la France compte douze millions de voitures et toutes les villes se retrouvent saturées. Grenoble n’échappe pas à ce phénomène. En 1973, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) est créé pour réformer les transports urbains. Un an après, des citoyens fondent l’Association pour le développement des transports en commun (ADTC) qui milite pour un retour du tram. Et en 1975, Grenoble participe à un concours lancé par le gouvernement pour imaginer un modèle de transport en commun sur site propre.

 

« À l’époque, le tram avait une image déplorable. Pour beaucoup de gens, il était inconfortable, brinquebalant et vieux, se souvient Jean Sivardière, fondateur de l’ADTC. Et puis, il y avait un obstacle psychologique : un tram en site propre exigeait de réduire l’espace accessible à l’automobile ». Mais le débat est lancé et les mentalités commencent à évoluer.

 

53% de oui

 

Voir l'image en grandLe débat est tranché par un référendum en juin 1983 : le « oui » l’emporte avec 53% des suffrages exprimés. Les travaux de construction de la ligne A dureront trois ans. Liborio Messina est l’un des premiers conducteurs de ce nouveau tram. « J’avais 26 ans à l’époque, se souvient-il. Au départ, c’était un peu stressant. La conduite n’est pas compliquée. Le problème, c’était plutôt l’environnement : les voitures, les cyclistes et les piétons qui n’étaient pas habitués. Il fallait être très vigilant ».

 

La population adopte immédiatement ce nouveau mode de transport grâce notamment à une innovation : le plancher surbaissé. On le doit surtout à l’Association des paralysés de France qui a multiplié les manifestations et les blocages pour rendre le tramway accessible. Aujourd’hui, tout le monde en profite : les personnes handicapées, les personnes âgées mais aussi toutes celles et ceux qui montent ou descendent avec une poussette, une valise, un cabas...

 

Trente ans après son lancement, la ligne A va être prolongée jusqu’au Pont-de-Claix. La mise en service de cette extension d’un kilomètre est prévue en novembre 2019. L’histoire d’amour entre le tram et Grenoble n’est pas donc pas terminée. « À ce titre, l’évolution de l’opinion est remarquable, observe Jean Sivardière. Il y a trente ans, il était encore contesté. Aujourd’hui, tout le monde le réclame ».

 

Plus d'infos sur Saturday tram fever sur la page de la TAG.