Aménagement de l'espace public et de la voirie

Grenoble-Alpes Métropole, en concertation avec les 49 communes qui la composent, a défini cinq principes à respecter par tout acteur aménageant les espaces publics et la voirie du territoire métropolitain. Ces principes, présentés dans un guide et déclinés dans des fiches pratiques, visent à servir le dynamisme, l’attractivité territoriale, et la transition énergétique et écologique de la métropole grenobloise.

Quels objectifs ? Qui est concerné ?

D'ici 2030, la Métropole souhaite parvenir à un partage plus équilibré de l'espace public en garantissant :

  • 50% de l'espace métropolitain dédié à la vie sociale et locale, et 50% accessible à la voiture.
  • 25% de la surface d'aménagement réalisée en pleine terre, perméable et plantée.

Pour y parvenir, la Métropole a établi un guide métropolitain des espaces publics et de la voirie, destiné à toutes les personnes qui portent un projet d'aménagement d'espace public métropolitain (techniciens, élus...), dans l'objectif de fixer et de mettre en oeuvre des règles partagées.

5 grandes orientations

Les cinq grandes orientations de la Métropole présentées dans ce guide métropolitain des espaces publics et de la voirie sont :

Chaque orientation, présentée dans les paragraphes suivants, est concrétisée par des fiches pratiques afin d'accompagner les porteurs de projet dans leur mise en oeuvre.

Partager l'espace public en faveur des mobilités actives et des transports en commun

Un partage plus équilibré de l'espace public vise à permettre à chaque citoyen de trouver se place dans l'espace public et de se déplacer aisément selon ses contraintes de vie, dans le respect de l'environnement et des autres.

Les fiches pratiques téléchargeables ci-dessous expliquent comment inscrire un projet dans les nouveaux schémas de déplacements piétons, vélos et de transports en commun, et comment aller vers une voiture plus partagée.

Conforter les pôles de vie

Chaque aménagement doit être au service des usages et des usagers, et permettre d'améliorer l'existant. Les investissements doivent favoriser la polyvalence des usages et la mixité des usagers, le bien-être et le dynamisme économique.

Garantir la place de la nature et prendre soin de l'environnement

La santé est un enjeu majeur. La nature doit avoir une plus grande place dans l’espace public, en quantité de surfaces dédiées, mais aussi en qualité de paysage et de biodiversité. Les projets ne doivent plus peser sur l’environnement, sur les ressources naturelles et faire face aux changements climatiques (réduction des îlots de chaleur, gestion intégrée de l’eau pluviale, diversité des espèces végétales…).

Cultiver la diversité des territoires

La Métropole partage avec chaque commune de son territoire un même grand paysage, les montagnes, les rivières et les massifs forestiers. Chaque commune apporte sa diversité naturelle, humaine et patrimoniale de par sa situation, de plaine, de montagne, urbaine ou rurale et de par son histoire. Cette richesse est l’attractivité de notre territoire, les nouveaux projets d'aménagement doivent la préserver.

Faire mieux, avec moins

Faire mieux, c’est répondre au plus près du besoin, partager l’espace public en faveur des mobilités actives, diversifier les usages et les usagers, s’adapter au changement climatique.

Avec moins, c’est économiser les ressources naturelles, recycler, réutiliser, élaborer des projets sobres, simples, s’intéresser davantage aux problèmes avant de travailler des réponses, choisir des matériaux durables, s’assurer de la valeur ajoutée de chaque euro investi…