Un nouveau plan en faveur de la biodiversité

Afin de faire des espaces naturels un facteur d’attractivité et de rayonnement métropolitain, la Métropole a adopté une nouvelle stratégie visant à réaffirmer les actions en faveur de la préservation de la biodiversité.

Les objectifs d’ici 2021

  • Conforter la place de la nature et la présence de l’eau en ville en prenant en compte la nécessité de développer et de densifier l’habitat.
  • Préserver la biodiversité en garantissant le déplacement et la reproduction nécessaires aux espèces, notamment dans les lieux très fréquentés par l’homme.
  • Préserver les espaces agricoles nécessaires à la biodiversité, ainsi que les espèces floristiques et faunistiques remarquables du territoire. 

Dans le cadre de l’élaboration du Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) qui sera voté en 2021, il est également proposé d’identifier les espaces à protéger et les mesures règlementaires à décliner pour restaurer : 

  • Les continuités terrestres, avec une priorité pour la grande faune.
  • Les continuités entre pelouses, coteaux secs et milieux en cours d’enfrichement.
  • Les continuités aquatiques et notamment piscicoles.
  • Les réservoirs de biodiversité dégradés et les zones humides en mauvais état.

Une coopération renforcée

La Trame verte et bleue (TVB) représente une véritable opportunité pour expérimenter des approches et de nouveaux partenariats. Elle demeure un vaste champ d’expérimentation du dialogue territorial, entre niveaux de collectivités, territoires urbains et ruraux, acteurs sectoriels, gestionnaires, professionnels, aménageurs, scientifiques et collectivités. 

Un nouveau cap parteneurial est proposé à l'horizon 2021. L'idée est de fédérer vingt partenaires aux côtés de la Métropole pour agir ensemble, de manière globale et cohérente en faveur de la biodiversité, par la mise en œuvre d’actions concrètes sur le territoire métropolitain et au-delà.

Biodiversité et circuit court

Voir l'image en grandLa Métropole favorise l'installation et le développement des producteurs locaux pour proposer des produits de qualité respectant l'environnement.

Une volonté renforcée par un développement des circuits courts qui contribuent à préserver la biodiversité et à réduire l'empreinte écologique du transport de marchandises et les effets du changement climatique.

La Métropole a signé le "Pacte pour une politique alimentaire urbaine" en 2015 avec cent autre Métropoles du monde.