Eaux pluviales

Les eaux pluviales sont les eaux issues des précipitations atmosphériques.

© Fotolia

La pluie et ses impacts

Qu'elles soient classiques ou exceptionnelles, les pluies doivent pouvoir retourner à la nature sans dégrader notre environnement (notamment urbain) et mettre en péril la vie des habitants. C'est dans cet esprit que Grenoble-Alpes Métropole a organisé un forum en décembre 2015 intitulé « eaux pluviales et aménagement » avec différents partenaires pour aborder la question des risques (inondations, crues, etc.) et envisager l'avenir par une gestion alternative, que ce soit dans le cadre de grands projets d'aménagement ou à plus petite échelle.

Principes de gestion des eaux pluviales

La Métropole s'est engagée à définir les principes de gestion des eaux pluviales. Pour agir de manière forte et concertée à l'échelle des territoires de son territoire, et pour une meilleure prise en compte des grands enjeux environnementaux.

Adapter le territoire aux impacts du changement climatique en prenant en compte en amont de tout document d'urbanisme et projet d'aménagement l'évolution de la vulnérabilité du territoire : présence de l'eau dans la ville.

Renverser les tendances au "tout tuyau" en matière d'eaux pluviales : gérer l'infiltration des eaux pluviales au projet, garder la mémoire de l'eau en favorisant la gestion de l'eau à l'air libre.

Un observatoire régional

De plus en plus, les documents d'urbanisme imposent des règles pour la gestion des eaux pluviales. Dans ce contexte, des opérations innovantes visant à satisfaire ces objectifs se développent, parfois en toute discrétion. Parallèlement, les acteurs sont de plus en plus demandeurs d'informations et de retours d'expériences autour de ce type d'opération. Enfin, la sensibilisation des acteurs, et notamment des élus et décideurs, passe par l'exemple, la démonstration et la visite d'opérations.

Grenoble-Alpes Métropole a signé en 2015 une convention avec le GRAIE (Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures et l'Eau) pour le projet Méli-Mélo. Démêlons au fil de l'eau dont l’objectif est de lutter contre les idées reçues, promouvoir les bonnes pratiques et faire connaître les politiques publiques pour la gestion durable de l'eau.  Toutes les thématiques de l’eau y sont abordées et notamment celle des eaux pluviales au travers de fiches de l'observatoire du GRAIE qui présentent les opérations innovantes pour la gestion des eaux pluviales sur la métropole grenobloise notamment.

Retrouvez ci-dessous quatre des opérations innovantes de la Métropole grenobloise : Bouchayer-Viallet, Caserne de Bonne, Vence Écoparc et Parc Ouagadougou, et le lien vers l'Observatoire régional de gestion des eaux pluviales.

ouvrages de gestion des eaux pluviales

"La première solution recherchée pour l’évacuation des eaux pluviales doit être l’infiltration. La gestion des eaux pluviales s’effectuera sur la parcelle, par tous dispositifs appropriés (noue, puits perdus, tranchées d’infiltration, fossé, …)." C’est la préconisation signifiée dans l'article 43 du Règlement du service public d’assainissement de la Métropole (à télécharger ci-dessous).

Il fait référence à la norme (NF EN 752-2) qui définit la période de retour de pluie pour le dimensionnement des ouvrages de gestion des eaux pluviales et le ratio acceptable au réseau public en cas d’impossibilité d’infiltrer (5l/s/ha aménagé). Ces éléments sont indispensables au calcul de dimensionnement des ouvrages d’infiltration et/ou de stockage/restitution pour les bureaux d’études, cabinets d’architectes, etc.

Cas particulier des eaux de piscine familiale

Au même titre que les eaux pluviales, les eaux de piscine familiale doivent faire l'objet d'une attention toute particulière.

La Régie assainissement de Grenoble-Alpes Métropole, dans son Règlement du service public d'assainissement collectif (Chapitre 9. Articles 42.3 et 43.4) signale notamment que la vidange d'une piscine peut être "étalée sur plusieurs jours" et que, "quelque soit le mode d'évacuation retenu, le produit désinfectant et le pH seront obligatoirement neuralisés avant rejet. La quantité physico-chimique des eaux rejetées doit être compatible avec le milieu récepteur" (se conformer à la fiche technique du produit de traitement utilisé).

Méli-Mélo et l'eau dans la ville

Les techniques traditionnelles de gestion des eaux pluviales urbaines consistent à évacuer l’eau de la ville par de gros tuyaux. Cette solution coûte très cher, augmente les risques d’inondation et pollue les milieux aquatiques. Il est préférable d’infiltrer les eaux de pluie qui tombent sur la ville au plus près de leur point de chute.

Méli Mélo (Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures et l'Eau) apporte sur son site, nombre de réponses à nos questions.

Tout-à-l'égout et eaux pluviales

Le "tout-à-l'égout" est-il une bonne solution pour gérer les eaux pluviales urbaines ?

En France, depuis 150 ans, le système traditionnel de gestion des eaux pluviales consiste à les évacuer le plus rapidement possible de la ville en utilisant un gigantesque système de tuyaux qui, très souvent, recueille également les eaux usées. Ce mode de gestion est extrêmement couteux en infrastructures. De plus il occasionne des dysfonctionnements multiples : débordements des réseaux occasionnant des inondations dans les centres-villes ; rejets d'effluents pollués dans les milieux naturels. Il transforme une ressource précieuse, l'eau de pluie, en un déchet et en une menace pour la population.

Dans un document très complet (ci-dessous), le GRAIE répond à trois questions :

  • Comment les eaux de pluie sont-elles gérées dans les villes des pays riches ?
  • Quels sont les inconvénients du "tout-à-l'égout" ?
  • Quelles sont les autres solutions possibles ?