Logistique urbaine

Afin de favoriser l'efficacité du système transport logistique et d'améliorer la qualité de l'air, Grenoble-Alpes Métropole propose un plan d’actions ambitieux en faveur d’une logistique urbaine durable dans la métropole grenobloise.

Les enjeux autour de la logistique urbaine durable pour notre métropole

Qu'est-ce que la logistique urbaine ?

La logistique urbaine concerne l'ensemble des marchandises qui entrent, sortent ou circulent dans la métropole :

  •  50 % des flux correspondent aux marchandises transportées par des particuliers dans le cadre de leurs achats,
  • 40 % sont ceux issus du transport de marchandises des entreprises du secteur privé (industrie, commerce, tertiaire...),
  • 10 % concernent les chantiers, la collecte des déchets, les services postaux, les déménagements...

De grands enjeux autour de la logistique urbaine :

  • Santé : participer à l'amélioration de la qualité de l'air et à la réduction du bruit en optimisant les tournées et en s'équipant de véhicules moins polluants
  • Dynamisme économique : favoriser l'efficacité du système transport logistique au service de la performance de l'économie grenobloise
  • Aménagement : dans un contexte de foncier rare et de congestion, l'optimisation de l'implantation des activités logistiques et des flux est essentielle. 

Un plan d'actions en faveur d'une logistique urbaine durable :

Suite à une démarche de coproduction organisée par Grenoble-Alpes Métropole et le SMTC avec les acteurs privés et publics concernés par les activités logistiques, le 29 janvier 2015, une vingtaine de partenaires ont signé un plan d'actions en faveur d'une logistique urbaine durable dans la métropole grenobloise : évolution de la réglementation des livraisons, amélioration de la desserte du centre-ville via un Centre de Distribution Urbaine (CDU), optimisation du fonctionnement des aires de livraison... 

La Zone à Faibles Emissions (ZFE)

Si la qualité de l’air s’est notablement améliorée ces dernières années dans la Métropole, les habitants restent régulièrement exposés à des concentrations de polluants supérieures aux seuils de référence pour les particules fines, le dioxyde d’azote et l’ozone. 4 300 habitants de l’agglomération sont ainsi exposés à un dépassement de la valeur limite fixée pour le dioxyde d'azote et 94% sont exposés à un dépassement des seuils préconisés par l’OMS concernant les particules PM2,5. Les fonds de vallées, le cœur de l’agglomération et les bordures de grandes voiries sont principalement touchés. C'est l’exposition chronique à la pollution qui a les conséquences les plus importantes sur la santé.

Chaque année, on estime que 3 à 7% des décès (environ 114 décès/an) sont attribuables à la pollution atmosphérique sur le territoire de la Métropole.

Afin d’améliorer la qualité de l’air dans la métropole grenobloise, Grenoble-Alpes Métropole a mis en place depuis janvier 2017 une préfiguration de Zone à Faibles Émissions (ZFE) (ex-Zone à Circulation Restreinte) visant à réserver l’accès à la circulation des véhicules utilitaires et poids lourds les moins polluants dans le centre-ville de Grenoble. Dès le 2 mai 2019, cette ZFE s’élargit à 9 communes supplémentaires et au campus.

Ce dispositif a été créé par la Loi de Transition Energétique d’août 2015 sous la dénomination de « Zone à Circulation Restreinte (ZCR) » et va être renforcé prochainement par la future Loi d’Orientation sur les Mobilités (loi LOM). En France, 15 collectivités (Grenoble, Lyon, Grand Paris, Paris, Strasbourg, Toulouse Saint-Etienne…) ont signé le 8 octobre 2018 un pacte avec l’Etat et se sont engagées à mettre en place des Zones à Faibles Emissions sur leur territoire d’ici fin 2020. La Métropole de Grenoble est le 2ème territoire après Paris à avoir mis en application le dispositif ZFE sous une forme expérimentale à Grenoble. Au niveau régional, le Grand Lyon met également en place une Zone à Faibles Emissions pour les véhicules utilitaires et poids-lourds dès 2019.

En Europe, on recense aujourd’hui plus de 220 « Low Emission Zones » ou Zones à Faibles Emissions (principalement en Italie, Allemagne et aux Pays-Bas). L’ensemble de ces dispositifs sont répertoriés sur un site web et une application mobile au niveau européen : http://urbanaccessregulations.eu/userhome/map