Un territoire attractif

Au cœur d'un territoire unique, sur lequel perdure un subtil équilibre entre un environnement naturel préservé et un centre urbain développé, Grenoble-Alpes Métropole rassemble 49 communes et 450 000 habitants.

Une Métropole alpine

Grenoble-Alpes Métropole est la plus grande agglomération européenne située au cœur du massif alpin. Au carrefour de la France, de la Suisse et de l'Italie, elle bénéficie d'une situation privilégiée au cœur de la région Rhône-Alpes, l'une des plus prospères et dynamiques d'Europe.

 

Onzième agglomération française, elle est aussi la deuxième métropole de Rhône-Alpes. Son dynamisme économique et le potentiel de ses centres de recherche en font un territoire extrêmement attractif pour de nombreuses entreprises françaises ou internationales, qui y ont installé leurs sièges ou leurs centre de R&D (recherche et développement).    

 

Entre les massifs de Belledonne, du Vercors, de la Chartreuse et de l'Oisans, la métropole alpine dispose d'un environnement montagnard exceptionnel qui offre un large éventail d'activités de loisirs, hiver comme été.  

Innovation, recherche, enseignement supérieur… Les atouts de la métropole grenobloise

La région grenobloise, terre d’excellence et d’innovation. C’est notre marque de fabrique et le cœur de chauffe économique de la Métropole. Depuis plus de 150 ans, les hommes et les femmes de ce territoire ont inventé un modèle unique, basé sur les liens étroits entre les amphithéâtres des universités, les ateliers des entreprises, les laboratoires des centres de recherche et les hémicycles des collectivités. Les réussites sont légions, et le modèle perdure.

 

Quelques chiffres :

 

  • 2ème pôle de recherche français
  • 1ère ville française la plus attractive pour les étudiants (L’Etudiant Mag, 2016).
  • 5ème ville la plus innovante au monde (Forbes, 2013)
  • 5 grands équipements de recherche européens : l’ILL (Institut Laue Langevin), l’EMBL (Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire), l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility), le LNCMI (Laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses), l’IRAM (Institut de Radioastronomie Millimétrique)
  • 23 500 chercheurs publics et privés

C’est le fruit d’une histoire, celle d’un écosystème au sein duquel des hommes de sciences, des entrepreneurs et des élus ont tissé des relations étroites au service d’une même ambition de développement et d’épanouissement par l’innovation, l’excellence mais aussi la qualité de vie.

La Métropole de la transition énergétique

Ici plus qu’ailleurs, la réalité du réchauffement climatique s’impose au quotidien. Plus qu’ailleurs, parce que les écosystèmes alpins sont plus sensibles que d’autres. Les conséquences y sont plus visibles, et les changements plus rapides. Ce constat, ajouté à la situation exceptionnelle d'une agglomération nichée au cœur des montagnes, au contact permanent avec un paysage naturel majestueux, a doté les habitants du territoire grenoblois d'une sensibilité environnementale particulière.

 

Dès 2004, la métropole grenobloise fut ainsi la première agglomération  française à se doter d’un Plan Climat, sorte de première feuille de route pour la transition énergétique. Depuis, au travers de toutes ses politiques, et forte désormais de nouveaux leviers d’action grâce au statut de Métropole, elle n'a eu de cesse d'innover pour rendre plus concret le défi de la transition énergétique.

 

Mais ce défi n'est pas relevé  de façon solitaire : le territoire grenoblois est riche de ressources et d'acteurs. Son histoire économique puise d'ailleurs aux sources de l'énergie renouvelable : c'est l'invention de la "houille blanche" - l’hydroélectricité - qui est à l’origine du développement de la région grenobloise, mais également du développement du fameux "modèle grenoblois" : un modèle unique, fondé sur les liens étroits entre universités, entreprises, laboratoires et collectivités locales.

 

Depuis, le secteur de l’énergie est toujours resté bien présent ici et a favorisé les échanges et l'amélioration de ce modèle. Le bassin abrite de grands acteurs nationaux et internationaux de l’énergie, mais aussi un incroyable  tissu de start-ups qui travaillent sur la digitalisation et la transition énergétique, un pôle de compétitivité, Tenerrdis, riche de 200 membres, qui croise les innovations de tous ces acteurs ; un système universitaire de premier plan, qui traite la question de la transition énergétique dans toutes ses disciplines… Sans oublier la mobilisation citoyenne, autour notamment d’un réseau associatif très riche.