Aller au contenu . Aller au menu . Marchés publics  . Offres d'emploi  . Contact  .
  • >>
  • Accueil >
  • Nous connaître >
  • A la une
  • > vendredi 17 février 2017
  • > Habitat : 2900 nouveaux logements par an avec le PLH 2017-2022
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

A la une

vendredi 17 février 2017

Habitat : 2900 nouveaux logements par an avec le PLH 2017-2022

Ci-dessous, les élus de la Métropole ont présenté jeudi à la presse le PLH 2017-2022 qui prévoit la construction de 2900 logements par an.

Pour faire face à la crise du logement et être capable de proposer des logements de qualité et à un prix abordable, la Métropole a présenté jeudi son Programme local de l’habitat (PLH) 2017-2022.

D’abord, le contexte. Chaque année, plus difficile. Selon la Fondation Abbé Pierre, quatre millions de personnes en France sont sans abri, mal logés ou sans logement personnel. Plus de 12 millions sont concernées à des degrés divers par la crise du logement.

 

La métropole grenobloise n’y échappe pas : environ 2000 personnes vivent aujourd’hui dans la rue et 31 000 ménages sont touchés par la précarité énergétique. Derniers chiffres : le territoire, qui compte déjà plus de 46 000 logements sociaux (soit 22% du parc immobilier), enregistre encore 14 500 demandeurs de logement social.

 

Une large concertation

Pour répondre à cette attente très forte d’un logement de qualité à des niveaux de loyers acceptables, la Métropole a travaillé sur un Programme local de l’habitat qui prévoit, communes par communes, le nombre de logements devant être construits ou réhabilités jusqu’en 2022.

 

Pour coller au plus près des attentes des habitants, elle a associé les habitants à la rédaction de ce document à travers trois instances : un comité d’habitants composé de volontaires, un panel citoyen (sur tirage au sort) et le Conseil de développement de la Métropole.

 

Résultat de ces consultations, il est attendu des logements mieux adaptés aux évolutions sociales et démographiques (multiplication des divorces, allongement de la durée de vie, etc.), dotés d’un extérieur (balcon, terrasse ou jardin), équipés de rangements, bien isolés (sur le plan acoustique notamment) et situés dans un quartier sécurisé et agréable à vivre (avec des espaces verts, des commerces…).

 

Des logements de qualité

A priori, l’équation paraît compliquée mais elle est réalisable, selon Christine Garnier, vice-présidente de la Métropole en charge de l’habitat et du logement. « Il faut sortir des idées reçues sur le logement social. On ne construit plus de grandes barres d’immeubles mais des petits logements de très grande qualité… Souvent de meilleure qualité que dans le privé d’ailleurs ».

 

Le PLH 2017-2022 prévoit donc de construire 2900 nouveaux logements par an, dont 1300 logements sociaux. L’objectif est d’inverser la courbe du solde migratoire, négative depuis plusieurs années. En clair, il faut proposer une offre de logements suffisamment importante pour maintenir l’attractivité du territoire et retenir les habitants.

 

Pour ne pas créer de nouveaux "ghettos", ces logements seront bâtis de manière équilibrée sur l’ensemble du territoire. Toutes les communes sont donc concernées par le PLH. « La réduction des inégalités sociales et territoriales est le sujet de tous. On doit avoir un effort de répartition territoriale », a déclaré jeudi Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole.

 

Un impact économique de plus de 3,4 milliards d’euros

Le PLH prévoit également la poursuite de l’effort de réhabilitation énergétique. D’abord, avec la campagne Mur Mur 2. La première phase avait déjà permis de rénover 4800 logements privés. La seconde étape doit permettre de traiter 10 000 habitations privées (en copropriétés et maisons individuelles). Ensuite, avec un programme de rénovation de 6000 logements sociaux jusqu’en 2022, soit un millier par an. Ils ‘ajouteront aux 4000 logements sociaux déjà réhabilités.

 

Avec tous ces programmes de construction et de rénovation, la mise en œuvre du PLH constitue un levier économique importante pour la filière du BTP. L’impact prévisionnel est estimé à plus de 3,4 milliards d’euros : 3,3 milliards d’euros pour la construction et 186 millions pour la réhabilitation du parc existant.

 

Des loyers bientôt encadrés

Le PLH 2017-2022 introduit une autre nouveauté : l’encadrement des loyers, déjà expérimenté à Paris et Lille. L’observatoire des loyers, mis en place par la Métropole, établira d’ici 2018 un loyer médian, quartiers par quartiers. A la signature d’un nouveau bail ou en cas de renouvellement du bail, le loyer ne pourra pas dépasser de 20 % ce loyer de référence, ni lui être inférieur de 30 %.

 

« Nous ne sommes pas dans une volonté de tout encadrer, a plaidé Christophe Ferrari. Mais il faut se montrer pragmatique. Le rôle d’une puissance publique est aussi de réduire les inégalités et les contraintes qui peuvent se poser ». Dernière précision : chaque commune de la Métropole pourra choisir d’encadrer ou non les loyers.

Grenoble-Alpes Métropole - 3 rue Malakoff 38031 Grenoble cedex - 04 76 59 59 59 © 2009 Grenoble-Alpes Métropole. Tous droits réservés.