Aller au contenu . Aller au menu . Marchés publics  . Offres d'emploi  . Contact  .
  • >>
  • Accueil >
  • Nous connaître >
  • A la une
  • > vendredi 06 janvier 2017
  • > Qualité de l’air : des capteurs embarqués dans les tramways pour mesurer la pollution
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

A la une

vendredi 06 janvier 2017

Qualité de l’air : des capteurs embarqués dans les tramways pour mesurer la pollution

Ci-dessous, l'installation d'un capteur sur le toit d'un tramway.

Dix capteurs d’air mobiles ont récemment été installés sur les toits des tramways de la ligne A. Une nouvelle façon de mesurer la pollution de l’air qui sera évaluée au terme de 4 mois de test.

GreenZenTag, c’est le nom donné à cette expérimentation unique en France menée par le laboratoire LEMON 1)  en association avec plusieurs partenaires 2).

Pendant deux mois, de la mi-décembre à la mi-février, 10 microcapteurs installés sur les toits des tramways vont mesurer en temps réel et géolocaliser la pollution de l’air. Avec l’objectif de répondre à plusieurs interrogations parmi lesquelles : quelle est la qualité de l’air lorsqu’on se déplace ? Comment évolue-t-elle le long d’un trajet ? Les mesures prises en déplacement peuvent-elles permettent d’affiner les analyses actuelles ?

 

Chaque jour, près de 6 000 mesures de particules fines en suspension (PM10 et PM 2.5) seront effectuées entre Fontaine et Échirolles. Elles viendront s’ajouter aux données déjà enregistrées par Atmo Auvergne-Rhône Alpes, notamment via ses 7 stations fixes installées dans la métropole grenobloise : « l’intérêt est d’évaluer cette méthode innovante pour voir de quelle manière elle peut venir compléter les données du réseau fixe » précise ainsi Camille Rieux, référent territorial Isère chez Atmo Auvergne-Rhône Alpes.

 

Après ces deux mois de collecte de données, deux mois supplémentaires seront nécessaires afin d’évaluer leur fiabilité, de les analyser et de voir quelle plus-value elles peuvent apporter.

 

« Tous les outils qui peuvent nous aider à atteindre nos objectifs en faveur d’une meilleure qualité de l’air sont précieux » déclare ainsi Yann Mongaburu, président du Syndicat Mixte des Transports en Commun. Et de rajouter : « Le pic de pollution que nous venons de connaître et la mobilisation de la population nous démontre que nous avons la capacité à reconquérir l’air si nous modifions nos comportements. Il ne faut pas relâcher l’effort car nous sommes en bonne voie ».

 

Si l’expérimentation s’avère concluante, cet outil innovant pourrait être intégré dans le dispositif de contrôle de la qualité de l’air et une application sur Smartphone pourrait également voir le jour.

Mais pour l’heure, place à l’expérimentation.

 


1) LEMON, Laboratoire d’expérimentation des mobilités de l’agglomération grenobloise a été initié en 2013 par le SMTC afin d’anticiper les mutations en terme de mobilité. Il est piloté par Transdev, le partenaire industriel et commercial de la Sémitag.

2) Le projet GreenZenTag associe les start-ups EcoLogicSense et Zenbus et les acteurs de l’environnement Egis Environnement et Atmo Auvergne-Rhône Alpes.

 

Grenoble-Alpes Métropole - 3 rue Malakoff 38031 Grenoble cedex - 04 76 59 59 59 © 2009 Grenoble-Alpes Métropole. Tous droits réservés.