Aller au contenu . Aller au menu . Marchés publics  . Offres d'emploi  . Contact  .
  • >>
  • Accueil >
  • Nous connaître >
  • A la une
  • > jeudi 15 septembre 2016
  • > Trafic routier : Accord historique sur le Rondeau et l’A480
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

A la une

jeudi 15 septembre 2016

Trafic routier : Accord historique sur le Rondeau et l’A480

Ci-dessous, à la Préfecture : Philippe Nourry, président directeur général d’Aréa, Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l’Isère, Lionel Beffre, Préfet de l’isère, et Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole

Ce jeudi 15 septembre, les représentants de l'État, du Département de l'Isère, de la Métropole grenobloise et de l'Aréa, concessionnaire de l’A480, ont présenté à la Préfecture de l'Isère un protocole d’intention qui définit “des objectifs partagés” et les premiers principes d’aménagement des deux infrastructures routières.

Christophe Ferrari en avait fait un enjeu fort de son mandat. Le président de la Métropole grenobloise, et avec lui les habitants du territoire, ont désormais matière à se réjouir : le réaménagement de l’échangeur du Rondeau et de l’A480 est bel et bien dans les tuyaux. La présentation ce jeudi de ce protocole réunissant toutes les parties concernées marque un tournant décisif.

 

C'est même une première historique dans l’histoire de ce dossier, chahuté depuis des années, et pour lequel, ce soir, selon toutes les parties, chacun a su faire un pas vers l’autre, pour aboutir à un projet visant à “l’amélioration du cadre de vie ainsi qu’au développement de la Métropole et des territoires voisins”.

Changement de méthode

"Je voudrais me féliciter de la qualité du dialogue avec nos trois partenaires, mais aussi avec le SMTC et les communes concernées* que la Métropole représentait dans ces échanges", a tenu à rappeler le président de la Métropole Christophe Ferrari. "Notre silence depuis quelques mois sur le sujet n’était pas synonyme d’immobilisme, mais bien de travail de fond. Cela démontre qu’en changeant notre méthode de discussion, en avançant point par point, il est possible de sortir des antagonismes pour résoudre les problèmes que tout le monde déplore.”

Un constat partagé

Concrètement, que dit le texte ? Il rappelle d’abord un constat : l’A480 et le Rondeau ne remplissent plus leurs principales fonctions, à savoir l’accès au cœur de l’agglomération et la desserte locale. “Vétustes et inadaptées”, ces deux infrastructures routières sont aujourd’hui sources de graves nuisances (embouteillages quotidiens, pollution sonore, et atmosphérique) pour les usagers, comme pour les riverains, et constituent un handicap en matière de développement et d’attractivité, notamment économique.

Deux projets menés conjointement

Le protocole fixe également, et cela est nouveau, un grand principe : si le Rondeau constitue une priorité, le fonctionnement des deux équipements est intimement lié : leur réaménagement sera donc conduit de concert. Le calendrier confirme ainsi un début des travaux fin 2019 pour une mise en service début 2022.

Une tranchée couverte entre Echirolles et Grenoble

Il aborde enfin quelques principes d’aménagements – qualités de réalisation, usages, vitesses… - parmi lesquels on retiendra quelques points, et notamment la couverture partielle de la Rocade Sud, entre Echirolles et Grenoble. Cet aménagement urbain, attendu depuis longtemps par la population du secteur, sort donc enfin des cartons ! "Il sera l'occasion de recoudre le tissu urbain", précisait Christophe Ferrari, "et de permettre l'extension du tram vers le sud."

2X3 voies, mais sur la même emprise

Autre sujet attendu : la vitesse autorisée. Là aussi, les parties ont su trouver un accord : la vitesse sera limitée en permanence à 70 Km/h, sur la partie centrale de l’A480 (entre Vercors et Louise Michel). Sur les autres portions de la voie, elle ne dépassera pas 90 km/h, et sera “adaptée selon les heures, les niveaux de trafic et les sections traversées.”

Concernant le nombre de voies, le document évoque le passage à 2X3 voies sur la partie urbaine, avec un maintien à 2X2 voies à ses deux extrémités (pour ne pas encourager le trafic de transit). Mais, détail important, sur la partie urbaine à 2X3 voies, ces dernières seront plus étroites. Une façon de contenir la taille de l’infrastructure, tout en décourageant les vitesses excessives.

Une attention particulière à l’insertion urbaine

L’accord évoque enfin, à de multiples reprises, l’impérieuse nécessité de réaliser des  aménagements extrêmement qualitatifs, en terme de réduction du bruit, de qualité paysagère et de végétalisation. Un enjeu fondamental pour les riverains, sur lequel la Métropole a rappelé qu’elle serait particulièrement attentive.

C’est certain, il faudra encore un peu de patience pour voir les premiers coups de pioche, mais désormais, plus de doutes, ce grand projet verra bien le jour !

* Echirolles, Grenoble, Seyssins, Seyssinet-Pariset et Fontaine




Grenoble-Alpes Métropole - 3 rue Malakoff 38031 Grenoble cedex - 04 76 59 59 59 © 2009 Grenoble-Alpes Métropole. Tous droits réservés.