Aller au contenu . Aller au menu . Marchés publics  . Offres d'emploi  . Contact  .
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris

Biodiversité

Avec 48% d'espaces forestiers et 21 % de terres agricoles, le territoire de la Métropole est doté d'un capital nature extrêmement important. Consciente de la richesse de ce patrimoine, Grenoble-Alpes Métropole est engagée dans une action de protection et de valorisation de la biodiversité.

Un tiers des milieux naturels de la Métro sont reconnus d'intérêt pour la biodiversité dans le SCoT (Schéma de cohérence territoriale). Toutefois, la biodiversité ne se cantonne pas aux seuls espaces naturels remarquables.

 

Parmi les 1367 espèces végétales et les 407 espèces animales connues dans l'agglomération, plus de 70% de l'ensemble de ces espèces sont également présentes dans la ville.

 

La biodiversité est partout, ce qui justifie sa prise en compte systématique et transversale dans la définition et la mise en oeuvre des politiques publiques.


Parallèlement, les habitants de l'agglomération grenobloise se font l'écho d'une demande sociale forte et croissante pour une nature de proximité participant à la qualité du cadre de vie.

 

En juillet 2013, la Métropole a ainsi :

  • Approuvé une stratégie en faveur de la biodiversité à l'échelle de l'agglomération
  • Validé un plan d'actions
  • Adopté la charte d'engagement en faveur de la biodiversité pour la période 2013-2016

La biodiversité : définition et dates-clés

Biodiversité : définition

La biodiversité représente, selon la définition donnée par le ministère de l'Écologie et du Développement durable,  la diversité des êtres vivants et des écosystèmes : la faune, la flore, les bactéries, les milieux mais aussi les races, les gènes et les variétés domestiques.

 

Néologisme composé à partir des mots bio (du grec βίος / bios, « vie ») et diversité, la biodiversité va cependant au-delà de la variété du vivant  : cette notion intègre les interactions qui existent entre les différents organismes précités, tout comme les interactions entre ces organismes et leurs milieux de vie. D’où sa complexité et sa richesse.

 

 

Biodiversité : dates-clés

 

1986 : Première apparition du terme "biodiversité" inventé par le biologiste américain Walter G. Rosen lors du National Forum on Biological Diversity 

 

1992 : Convention mondiale sur la biodiversité rédigée sous l'égide de l'ONU lors du Sommet de la  Terre de Rio. Objectif :  faire une priorité de la protection et restauration de la diversité du vivant, considérée comme une des ressources vitales du développement durable.

 

2011 : "La biodiversité, notre assurance-vie et notre capital naturel - stratégie de l'Union Européenne à l'horizon 2020". Objectif : enrayer la perte de la biodiversité d'ici à 2020, assurer leur rétablissement dans la mesure du possible, et renforcer la contribution de l'UE à la prévention de la perte de biodiversité à l'échelle de la planète.

 

2011 : La France présente sa "Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB)". Objectif : préserver, restaurer et accroître la diversité du vivant pour maintenir le fonctionnement des écosystèmes et leurs capacités d'adaptation et d'évolution en réduisant les impacts directs et indirects sur la biodiversité, une utilisation durable des ressources vivantes et la répartition équitable des bénéfices que celles-ci procurent. 

 

2012 : Création de la "Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques"(IPBES), groupe international d'experts sur la biodiversité, qui a pour mission d'assister les gouvernements, de renforcer les moyens des pays émergents sur les questions de biodiversité, sous l'égide des Nations Unies.


Pourquoi protéger la biodiversité ?

Parce que toutes les espèces animales ou végétales sont potentiellement utiles. Certains "services" fournis par la biodiversité sont vitaux (l'oxygène, l'air, les équilibres écologiques…) et la perte d'espèces-clé ou d'une grande part de la diversité génétique peut avoir des conséquences non prévisible et souvent irrémédiables.

 

Protéger la biodiversité est donc indipensable pour de nombreuses raisons :

 

  • Pour sauvegarder les écosystèmes : chaque espèce est unique et irremplaçable, et sa disparition, irréversible, peut avoir des conséquences importantes et imprévisibles sur d'autres espèces.
  • Pour préserver les ressources qu'elle nous offre : nourriture, eau douce, médicaments, production d'oxygène par les végétaux, stockage du carbone
  • Pour assurer une certaine qualité de vie : cadre de vie, lien social, éducation
  • Pour le développement d'activités économiques : agriculture, tourisme entreprises pharmaceutiques, recherche médicale, industrie alimentaire…

Stratégie et plan d'actions 2013/2016 : la Métropole s'engage

Depuis plusieurs années déjà, la Métropole se préoccupe de la biodiversité dans le cadre de la mise en œuvre de ses politiques publiques : assainissement, déchets, développement économique... La mise en place d'une stratégie et d'un plan d'actions pour la période 2013-2016 viennent renforcer et systématiser sa prise en compte.

 

Stratégie 2013-2016 en faveur de la biodiversité

Menée en concertation avec différents acteurs du territoire (communes, associations…), cette stratégie a pour objectif de mobiliser et de fédérer les acteurs du territoire (communes, associations, entreprises...) pour agir ensemble en faveur de la biodiversité.



Conçue autour de 3 grands défis, elle doit assurer la cohérence des politiques publiques, garantir la participation des citoyens et guider les actions de la Métro :

 

  • Défi n°1 : Agir ensemble, développer une prise de conscience et une envie d'agir partagée
  • Défi n°2 :  Protéger, améliorer et valoriser la biodiversité sur le territoire avec une trame verte et bleue préservée et restaurée
  • Défi n° 3 : Connaître, améliorer les connaissances, la communication et la sensibilisation


Cette stratégie sera présentée aux acteurs du territoires dont les communes et évoluera progressivement en fonction des demandes des acteurs locaux.


Cette démarche rejoint les objectifs que s’est fixé l’État dans le Grenelle de l’environnement d'élaborer des stratégies locales respectueuses des compétences des collectivités territoriales, en concertation avec l'ensemble des acteurs concernés.

 

Le plan d'actions 2013-2016

En adoptant son premier plan d'actions 2013-2016, la Métro a identifié 10 actions qu'elle souhaite mettre en œuvre avec ses partenaires et les habitants de l'agglomération pour optimiser cette prise en compte.

 

  • Action n°1 : Approuver et promouvoir la charte d'engagement en faveur de la Biodiversité pour organiser la coopération et le suivi de la démarche.
  • Action n°2 : Définir quatre sites d'expérimentation "Métro pour la Biodiversité".
  • Action n°3 : Considérer la biodiversité comme un p atrimoine culturel "Culture de Biodiversité".
  • Action n°4 : Définir la trame verte et bleue de l' agglomération grenobloise et l'inscrire dans les documents de planification territoriale.
  • Action n°5 : Définir une stratégie de préservation et de restauration des continuités écologiques et de leur fonctionnement en lien avec la politique agricole et forestière de l'agglomération.
  • Action n°6 : Prendre en compte et valoriser la biodiversité dans les espaces de nature de la Métro.
  • Action n°8 : Limiter les pollutions sur les milieux naturels pour préserver la biodiversité.
  • Action n°9 : Proposer un observatoire pour capitaliser les inventaires de biodiversité à l'échelle de l'agglomération (à partir de 2014).
  • Action n°10 : Développer de nouvelles formes de sensibilisation à la biodiversité. 

Biodiversité : chefs-d'œuvres en péril

L'érosion de la biodiversité dans le monde n'a jamais été aussi rapide :

  • Les espèces vivantes animales ou végétales disparaissent à un taux environ 100 à 1 000 fois supérieur au taux "naturel" moyen observé depuis l'apparition de la vie sur Terre.
  • La "Liste rouge" de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) fait état de 21 000 espèces menacées (sur 70 000 étudiées).
  • Selon le rapport "Évaluation des écosystèmes pour le millénaire" de l'ONU en 2000, environ 12 % des oiseaux, 25 % des mammifères et au moins 32 % des amphibiens sont menacés d'extinction d'ici un siècle.
  • La France est particulièrement concernée par cette problématique puisqu'elle est placée au 4e rang mondial pour le nombre d'espèces menacées (36% des mammifères sont menacés en France Métropolitaine).

Grenoble-Alpes Métropole - 3 rue Malakoff 38031 Grenoble cedex - 04 76 59 59 59 © 2009 Grenoble-Alpes Métropole. Tous droits réservés.